Communiqué No 7 du Colonel Logiest, Résident Spécial
Template Website

Menu Principal

Page d' accueil 1ère République
1st Republic Special Homepage

Main Menu

Communiqué No 7 du Colonel Logiest, Résident Spécial

(F. Nkundabagenzi,RWANDA POLITIQUE 1958-1960, pp.219-220)
Publiée par "La Dépêche du Ruanda-Urundi", 12 février 1960.

Dans ce communiqué, le Colonel Logiest met en garde la population contre les agissements d'agents de l'UNAR, qui prétendent qu'un seul parti existe, le leur, les autres étant, selon eux, ennemis du Mwami, donc du pays. Il déclare notamment:

Les partis politiques auront évidemment des candidats dans beaucoup d'endroits. C'est pourquoi j'en parlerai encore dans ce communiqué.

Beaucoup d'entre vous, après avoir lu le no 6, sont venus nous dire, ou sont venus dire aux administrateurs: " vous dites dans votre communiqué qu'il y a quatre partis principaux au Ruanda. Or jusqu'à présent le sous-chef (ou le chef, ou d' autres encore) nous a toujours dit qu'il n'y avait qu'un parti, l'UNAR, et que tous les autres étaient des ennemis du Mwami, donc des ennemis du pays".

Et nous avons donc dû constater que c'était bien ainsi. Il y a parmi les autorités les plus importantes du Ruanda, des menteurs qui lancent de tels bruits pour tromper la population. Mais cela est faux évidemment, et ceux qui discutent cela sont des membres d'un parti qui emploient des moyens malhonnêtes pour essayer de faire triompher leur parti. Ce sont des gens qui, ainsi que nous le disons dans le communiqué no 6, emploient la terreur, l'intimidation et le mensonge pour l'emporter. Ces gens trompent la population et rendent un mauvais service à leur pays.

Je vous donne un exemple. Il y a un parti qui s'appelle "Parmehutu". Je vous en ai parlé en même temps que des autres partis dans le communiqué précédent. Quel est le programme de ce parti? Il demande une démocratie véritable; l’union réelle de tous les habitants du Ruanda et l'abolition de la domination d'une seul race; un Mwami constitutionnel aidant à instaurer la démocratie; des conseils élus démocratiquement; une réforme judiciaire et l'élection de certains juges; une réforme foncière importante; un impôt proportionnel à la richesse de chacun; des facilités aux plus pauvres pour poursuivre leur études.

Ce sont là quelques points de son programme, mais ils suffisent à montrer que ce parti n'est pas ennemi du Mwami et ne désire pas la ruine du Ruanda. Ils prouvent aussi combien les banyarwanda ont été trompés par des gens qui avaient tout intérêt à ce que la population soit mal informée.

Aussi je termine en vous donnant un conseil: assistez tous aux réunion d'information des agents de votre territoire; posez-y des questions; renseignez votre administrateur sur ce qui se passe. Ce sera le meilleur moyen pour vous d'être au courant et pour nous de répondre à vos questions, de connaître vos problèmes.

Kigali, ce 8 février 1960. Le Résident Spécial, Co. BEM LOGIEST