Position du Gouvernement belge

Menu Principal

Main Menu

Lettre de M. Harroy à M. Maus


(F. Nkundabagenzi,RWANDA POLITIQUE 1958-1960, p. 43)

Au cours de cette période, le Gouvernement d’Usumbura adopta une attitude très discrète dans la querelle Hutu-Tutsi. Cependant, la lettre ci-dessous, répondant à celle de M.A. du 25 avril 1956, dont nous avons déjà fait mention montre clairement que le Gouvernement était au fait de la situation.

Usumbura, le 27 avril 1956.

Cher Monsieur Maus,

Je réponds confidentiellement à votre lettre du 25 avril 1956, vous demandant de ne pas diffuser ma réaction.

Si vous pouvez dire haut votre façon de penser et si vous pouvez donner votre démission lorsqu’une décision prise ne vous plaît pas, je dois, moi, voir plus loin. Je dois me tracer une politique-l’art du possible-et la réaliser. Je n’ ai pas le droit de casser les vitres. Et encore moins de le faire en jetant le manche après la cognée.

Quand on analyse le déroulement du récent Conseil, par ailleurs, on conçoit mal que vous vous sentiez battu. Votre vérité a été dite. A demi-mots, bien sûr. Mais tous nous comprenons les demi-mots. Par ailleurs, la porte est ouverte-le Gouverneur a carte blanche pour nommer quatre personnes-à la représentation des Bahutu que vous estimez à juste titre indispensable. Votre victoire n’ est pas aussi spectaculaire que vous la vouliez, mais elle est incontestable. Votre comportement ne me paraitrait justifié qu’ après que j’aie eu l’occasion de nommer quatre défenseurs des Bahutu et que je ne l’aie pas fait.

Je conclus donc cette lettre rédigée au reçu de la votre :

  1. Ne vous croyez pas abandonné parce que, pour parvenir au but que vous visez, vos collègues et moi-même avons adopté une autre voie que celle, un peu Cyrano de Bergerac, que vous traciez ;
  2. Et, pour m’ être agréable, retirez votre démission de membre de ce Conseil, où les Bahutu et, en général, tous les habitants de ce pays ont encore besoin de votre présence.

croyez, cher Monsieur Maus, en l’ expression de mes sentiments les meilleurs.

Jean Paul HARROY.

Lisez aussi la lettre de M.A Maus au Vice-gouverneur Général

Menu Principal

Main Menu