L' Histoire des Rois que présentée les Poèmes Episodiques

Menu Principal

Main Menu

L' Histoire des Rois que supposent les Poèmes Episodiques...

Alexis Kagame , La Poésie Dynastique au Rwanda (Bruxelles, IRSAC, 1951, pp.30-50)

TABLE DES MATIERES

Nous vous suggérons également de lire les articles suivants:

Les Rois dont s' occupe la Poésie Dynastique.

Le présent chapitre n'a d' autre but que de fournir un commentaire historique permettant de comprendre les allusions squellettiques renfermées dans les quatre Bisigo à Impakanizi que nous allons lire. Ce commentaire servira également, dans une certaine mesure, pour les Bisigo à Ibyanzu et les Bisigo Ikobyo, qui auront cependant un aspect particulier, liés qu'ils sont à des événements localisés. Il ne s'agit donc pas ici d'un sommaire embrassant tous ls faits et gestes attribués à chaque règne par la Chronique orales des Mémorialistes.

Les Poèmes Dynastiques ne relatent les gestes des Rois qu'à partir de Ruganzu I Bwimba, 18ème ascendant de l'actuel Mutara III. Pour ne pas rester dans le vague, à chaque règne sera assignée une date appriximative, basée sur la moyenne de 30 ans communément attribués à la durée d'une génération dans nos régions. Nos Hamites du Rwanda ont toujours régné, en effet, par générations successives, de père en fils sans interruption.

Quant aux Rois antérieurs à Ruganzu I Bwimba, ils sont ignorés des Aèdes. Les Mémorialistes les ont appelés d'un nom collectif Abami b'umushumi (litt. Rois de la ceinture), ce qui veut dire "Rois des conquêtes", "Rois de la peine", parce que créateurs du pays en ces temps reculés, et en conditions difficiles. Leurs noms se trouvent dans le Poème Généalogique appelé Ubucurabwenge (litt.Invention de la Science) dont s'occupent les Généalogistes, autres fonctionnaires de la Dynastie. Les Rois des conquêtes successeurs de Gihanga, fondateur de la Dynastie,se distinguent évidemment des Rois mythologiques, appelés Ibimanuka( Les dégringolés du ciel) qui précèdent le même Gihanga.[i]

Notes

i. Les membres mythologiques de la Dynastie représentent ses ancêtres des temps fort reculés; la légende les a désignés sous des noms symbolisant leur origine céleste. le Poème Généalogique de la Lignée en donne une liste qui ne s'accorde pas avec celle des Mémorialistes que voici: Nkuba: Tonnerre, qui régnait dans les régions supérieures du firmament. Kigwa: le Dégréngolé, qui descendit du ciel pour inaugurer l'existence terrestre de la Lignée. Ses descendants répondent au nom de Muntu: L'Homme; Kimanuka: le Descendu (du ciel); Kijuru: le Céleste; Kobo: l'Orifice (par lequel Kigwa s'échappa du ciel); Merano: l'Origine; Randa: le Durable; Gisa: le Cendré (couleur de vache);Kizira: le Tabou; Kazi: le Traditionnel (ou Racine), qui est le père de Gihanga (le Créateur), fondateur de la Dynastie.

Quant aux Rois de la ceinture (de la peine), venant après Gihanga, ils se sont succédé ainsi: 1.Kanyarwanda I Gahima I; 2.Yuhi I Musindi; 3.Rumeza (Celui qui fait germer);.4 Nyarume (Maître de la rosée); 5. Rukuge (Barque-géante); 6. Rubanda ( le Peuple-du-Rwanda); 7.Ndahiro I Ruyange; 8. Ndoba; 9. Samembe; 10. Nsoro I Samukondo, père de Ruganzu I Bwimba

1.Ruganzu I Bwimba (vers 1400)

Fils et successeur de Nsoro I Samukondo, Ruganzu Bwimba ouvre la série des Rois "historiques" du Rwanda. A son avènement le Gisaka, alors royaume puissant pour ces temps reculés, était gouverné par le Roi Kimenyi I Musaya. Fort d' un oracle de ses devins, ce dernier demanda en mariage la soeur de Ruganzu I, du nom de Robwa, qui donnerait un héritier, futur annexeur du Rwanda. Informé des machinations de son collègue de l' Est, Ruganzu I s' opposa au mariage projeté. Finalement vaincu par les intrigues de son oncle Nkurukumbi, qui agissait de concert avec la Reine Mère, appelée Nyakanga, fille de Tema, le Roi dut céder. Il ne songea desormais qu' au moyen de conjurer le malheur qui menaçait l'indépendance de son pays. Finalement les consultations des aruspices désignerent le Roi en personne, comme libérateur défensif [1]. Il verserait son sang sur le champ de bataille contre le Gisaka, et sa soeur Robwa, alors enceinte, se suiciderait comme il était convenu entre elle et son frère. Mais, jeune encore, Ruganzu I n'avait pas encore d'héritier; il attendit quelque temps à la frontière de l'Est, jusqu'au moment où il fut annoncé la naissance d'un fils auquel il envoya imposer le nom de Rugwe. Il se laissa tuer à Nkungu près Munyaga, dans la province actuel du Buganza, alors territoire ennemi. Sa soeur se donna la mort à la Cour du Gisaka, frustrant ainsi les espoirs de Kimenyi I. Les deux frères, types de héros légendaires à l'aurore de notre histoire, ont été célébrés au même titre par toutes les générations.



Note
1."Libérateurs": héros voués à une mort volontaire sur le champ de bataille. Libérateur-offensif (Umucengeli): celui dont le sang versé était nécessaire pour annexer au Rwanda un pays étranger; Libérateur-défensif (Umutabazi): celui dont le sang versé était censé préserver l'indépendance du Rwanda menacé par un pays étranger.




2. Cyilima I Rugwe (vers 1430)

Ce prince, à force de ruse et d'habilité, parvint à épouser Nyanguge, fille du Roi du Bugufi. Vainement cherchée en mariage par 'Mwezi [2], Roi du Burundi, elle avait été fiancée de préférence à Nsoro I Bihembe, Souverain du Bugesera, premier prétendant des trois grands Hamites qui voulaient obtenir sa main. Après de nombreux voyages de feinte amitié effectués à la Cour de Nsoro I, en réalité en vue d'y nouer des intelligences pour faire aboutir son dessein, Cyilima I réussit à épouser la princesse durant les solennités du mariage, sans que son collègue frustré de se doutât de rien. Le stratagème avait réussi grâce à la complicité d'un intendant de Nsoro I et parent de Nyanguge, auquel le monarque du Rwanda avait promis des privilèges alléchants.[3]

La première marche gagnée, Cyilima I provoqua habilement la fuite de la Reine et la reçut à sa propre Cour. Elle devint la mère du prince Mukobanya qui règnerait sur le rwanda sous le nom de Kigeli I. Nyanguge, lorsqu'elle quittait la Cour de Nsoro I, avait entraîné à sa suite une princesse du Bugesera, petite-fille du Roi, du nom de Mageni. Elle fut donnée en mariage à un grand noble du clan des Bega, et devint la mère de Nyabadaha. Celle-ci fut ensuite épousée par Mukobanya et donna le jour au prince Sekarongoro, le futur Mibambwe I. Ainsi les voyages réitérés de Cyilima I au Bugesera avaient acquis, pour la Dynastie, deux Reines Mères, et donc deux Rois.

Notes:

2.Le Mwezi dont il s'agit ici appartient à la Dynastie éteinte qui régissait le Burundi à ces époques reculés; la Dynastie actuelle devait être fondée par Ntare I Rusatsi, contemporain de notre Mibambwe I.

3. Cet intendant de Nsoro I s'appelait Nkima du nom des Bakomo. Cyilima I lui conféra la dignité royale-honoraire, avec le mont Nyamweru, en face du Kigali, comme “royaume”, sous le signe du tambour dynastique “Nkurunziza”(la Bonne nouvelle)




3.Kigeli I Mukobanya (vers 1460)

Ce fut un héro de renom déjà du vivant son père; aussi les Mémorialistes l'exaltent-ils surtout pour les hauts faits accomplis sous le règne précédent. De ses gestes se détache spécialement l'épisode que voici: Cyilima I avait traversé la Nyabarongo , pour soumettre à son autorité les régions situées à l'Ouest de la rivière. Cependant, un prince autochtone du nom de Murinda lui infligea une cuisante défaite. Pour éviter une extérmination complète de ses guerriers et de toute sa famille qui l'y avait accompagné, le Hamite dut subir d'humiliantes conditions. Le vainqueur exigea, entre autre, la main de Nyabarondo, soeur de Mukobanya. Elle devait être livrée en même temps que Munono, taureau de règne de Cyilima I, ainsi que le Kamuhagama, Tambour-Emblème de la Dynastie des Bongera, insigne trophée récemment enlevé à son dernier titulaire, Nkuba (fils de Nyabakonjo), qui venait de nouer relations avec Murinda, pour la lutte commune. Ce dernier voulait, de toute évidence, restituer à son allié évincé, le symbole de sa royauté.

Tout était prêt pour l'exécution des conditions lorsque, la nuit où devait se célébrer le mariage de Nyabarondo, le prince Mukobanya, à l'insu de son père, attaqua le camp du vainqueur de la veille. Le combat eut lieu durant la nuit et le jour suivant dans les localités de Magu près Rugalika, de Bwiyando et de Kabare près Kinyambi, autour du ruisseau appelé Muzi de la province actuelle de Rukoma, Territoire de Nyanza.

Mis au courant de la témérité de son fils, Cyilima I, tout au désespoir, quitta les lieux du campement et alla se cacher dans un lieu inhabité appelé Gisura (l'Ortie), devenu depuis Nkingo (Refuge) près de Kamonyi, l'actuel poste de mission catholique dans le Rukoma. Ce fut en cet endroit que le Roi apprit le triomphe de Mukobanya et la mort du potentat autochtone. Le vainqueur fut ensuite proclamé co-régnant et bientôt intronisé à Kigali, durant les solennités du triomphe.




4.Mibambwe I Sekarongoro I Mutabazi I ( vers 1490)

Ce Roi fut, à l'exemple de son père, grand guerrier encore simple prince. Lors de la première invasion des Banyoro [5].Ayant eu l'avantage des armes sur une fraction des vainqueurs qui l'y avaient poursuivi, il revint bientôt après dans son pays ravagé par les guerrier du Roi Cwa, fils de Nyabwongo, qui régnait alors sur le Bunyoro [6]. Sur son chemin du retour, il tua traitreusement son hôte, le fameux Mashira, Roi du Nduga et devin renommé, qui lui avait victorieusement resisté depuis des années. Le royaume du Nduga fut définitivement annexé.

Par précaution contre les révoltes de compétition au trône qu'il prévoyait insurmontables, Mibambwe I, de son vivant, fit introniser son successeur, Yuhi II Gahima II, le plus jeune de ses fils. De la sorte ses sujets ne pouvaient plus douter sur ses volontés, concernant l'hériter.

Notes:

4.Banyoro: habitant du Bunyoro, Royaume jadis puissant, (régi par la Dynastie des Babito), dont le dernier lambeau côtoie la rive orientale du lac Albert. Avant son démembrement pregressif, son territoire atteignait le Lac Edouard et se trouvait relativement proche du Rwanda.

5.Bunyabungo: nom sous lequels les Rwandiens [sic!] désignent de prérérence les “Bushi”, à cuase du fait que cette région aurait été gouvernée par Kanyabungo, fils de Gihanga. La maison régnante du Bunyabungo descendrait de ce prince, auquel avait été légué le Tambour-Dynastique appelé Kalyamahugu: le Conquérant (littéralement: Engloutisseur des pays).

6. La Chronique des Mémorialistes désigne le Monarque envahisseur sous le nom de Cwa fils de Nyabungo, tandis qu'au Bunyoro on dit Nyabwongo.




5. Yuhi II Gahima II (vers 1520)

La mère de ce prince, matama fille de Bigega, avait été fiancée par Mibambwe dans le plus grand secret, par l'intermédiaire de quelques Biru [7], au courant du testament de succession. Le mariage fut célébré durant une chasse organisée en réalité pour cette cérémonie, à Karambo dit de Rukore, dans la province actuelle du Rukiga. Le Roi agissait de la sorte parce que son fils Hondi briguait la succession au trône, appuyé sur un trop puissant parti formé dans ce but avec l'aide de sa mère Shetsa. Cette dernière n'aurait pas hésité à tendre des embûches à la vie d'un prince né d'un autre lit. Cette femme imposait dictatorialement ses volontés au Roi, dont le sang considéré comme "sacré" ne peut être versé pour de telles bagatelles. Tout le monde lui doit, en effet, amour et fidélité, et il ne doit pas se lier les coeurs par un moyen parfaitement inutile.

Le Roi relégua à Karambo tous les jeunes gens nobles de sa résidence de Remera, sous le prétexte d'avoir la paix, car ces pages, instigués par les agents du Roi, faisaient un tapage insupportable. Les soi-disant exilés y trouvaient des Chefs chargés de les mettre au courant de la vérité. Et lorsqu ils se virent en nombre, ils attaquèrent la capitale comme ils en avaient reçu les instructions. Leurs exploits se limitèrent au massacre de Hondi, de ses fils, de sa mère et des plus chauds de leurs partisans. Ce fut alors que Mibambwe I intronisa son successeur.

Parmi les expéditions du règne de Yuhi II Gahima II, brille surtout celle qu'il dirigea contre Cyubaka, fils de Nyabikezi, Roi des Bazigaba [8], résidant alors aux Mironko, dits de Nyagasiga, non loin de la mission catholique actuelle de Kiziguro. Yuhi II, se trouvait, à cette époque, à Nzaratsi, dans la province actuelle de Nyantango; et le commandant en chef de l'expédition était Zuba, fils de Gitore, celui-ci fils de Kigeli I Mukobanya

Notes:

7.Biru:Dépositaires du Code et Cérémonial Esotériques de la Dynastie.

8.Bazigaba:clan ayant le léopard pour totem. Ils régnaient sur la région du Mubali à l'époque de l'arrivée des Banyiginya dans la région. leur domaine devenu désertique est actuellement compris en grande partie dans le Parc National de la Kagera.




6. Ndahiro II Cyamatare (vers 1550)

Le règne qui semble avoir été aussi court que tourmenté de ce prince se passa à lutter contre son demi-frère, du nom de Juru, qui s'était fait introniser Roi, dès la mort de leur père. Au bon milieu de cette lutte intestine, survint l'invasion du pays par Ntsibura fils de Murira, Roi du Bunyabungo[9>. S'étant assuré l'alliance de Nzira, fils de Muramira, Roi du Bugara, Ntsibura parvint à se lier également le parti de Juru. Ndahiro II succomba à cette coalition: il fut tué à la bataille de Rugarama dite de Nyundo, au Bugamba, région actuellement englobée dans la province de Cyingogo, territoire de Gisenyi. Le Tambour-Emblème de la Dynastie, le Rwoga qu'avait intronisé Gihanga, fut pris comme trophée par les Banyabungo. Ce devait être alors un événement bouleversant! inouï!

Prévoyant le désastre prochain, Ndahiro II avait pris la précaution de mettre en sûreté son héritier Ndoli, en l'envoyant chez Karemera-Ndagara, fils de Ruhinda, Roi du Karagwe [10], auquel avait été donnée la main de Nyabunyana, fille de Yuhi II. On conseillait à Ndahiro II de fuir aussi au Karagwe, mais il s'y refusa; sa fuite en pleine guerre de compétition aurait signifié sa renonciation de fait en faveur de son frère, prétendant illégitime. L'abdication étant absolument interdite par le Code Esotérique de la Dynastie, il préféra s'exposer à toutes les aventures, afin de garder à sa descendance le droit de régner.

Notes:

9.D'autres disent "Ntsibura fils de Muhoyo".Murira aurait-il était de règne et Muhayo celui de famille?

10.Ruhinda est un nom royal très porté dans les région situées à l'Est du Rwanda. Il semble donc qu'il ne soit pas possible de tenter une synchronisation sérieuse basée sur "Ruhinda" dans l'aire des Dynasties orientales avnt que ne soient publiées des monographies objectives sur chaque principauté - C'est à la suite de cette hospitalité donnée au futur Restaurateur de la Dynastie du Rwanda, qu'il est interdit à nos Monarques d'attaquer le Karagwe et qu'il leur est ordonné de le défendre s'il était envahi par un ennemi supérieur.




7. Ruganzu II Ndoli(vers 1580)

Enfin voici le plus illustre monarque de la lignée. Durant les temps troublés qui suivirent la mort de son père, le prince réfugié au Karagwe resta en relation avec les Dépositaires du Code Dynastique, par l'intermédiaire de l'un d'eux appelé Kavuna[11]. Le pays était livré à l'anarchie. Le parti de Juru dominait sur la région à l'Est de la Nyabarongo, tandis que celle sise à l'Ouest de la rivière était sous l'autorité des Banyabungo. Enfin survint la mort de Ntsibura, l'adversaire que redoutaient les fidèles exécuteurs du testament dynastique de Ndahiro II. Ndoli fut rappelé secrètement et intronisé Roi sous le nom de Ruganzu II. Il inaugura le Tambour-Emblème, le Kalinga actuel, succédant au Rwoga "fait prisonnier". Le "veuvage" du pays avait duré 11 ans, ose-t-on préciser[12].

La légende se donne libre cours au sujet de cette époque de "veuvage". A l'en croire, il n'y avait plus naissance d'hommes ni de bêtes, il se produisit une sécheresse telle, que les cornes des vaches dégageaient de la fumée par leurs pointes...malheurs inhérants à l'absence du Roi légitime à la tête du Rwanda!L'intronisation de Ruganzu II Ndoli délia, comme par enchantement, toute la nature qui reprit instantanément son cours normal.

Le nouveau Roi ramena l'ordre dans le pays, en jugulant rapidement le parti révolutionnaire, puis en tirant une éclatante vengeance des meurtriers de son père: Nzira, Roi du Bugara, fut vaincu et tué, avec sa mère Nyiranzira et leur royaume fut annexé au Rwanda[13].

Le Bunyabungo fut vaincu, ravagé à plusieurs reprises et réduit à payer tribut, tandis que l'île d'Ijwi en était détachée pour devenir province du Rwanda.Plusieurs autres principautés importantes subirent le même sort, tant dans le Sud que dans le Nord-Ouest du pays. Le grand Ruganzu II fit parvenir la puissance de la Dynastie à une apogée qui ne semble pas avoir été dépassée dans la suite.

Notes:

11."Kavuna" (c'est-à-dire le-porte-secours) avait été désigné comme intermédiaire entre le prince héritier et le groupe de ses fidèles immortalisés désormais par l'appelation de "Abaryankuna": "les Féaux par excellence". cependant Kavuna ne devait pas voir le règne de Ruganzu II, en vertu d'une dispositionesothérique décrétée en punition d'une grave indiscrétion dont il s'était rendu coupable, concernant le testament de Ndahiro II. Au moment de traverser la Kagera, le prince Ndoli notifia à Kavuna qu'il lui était défendu de regagner avec lui le territoire du Rwanda, et qu'il devait rester définitivement dans le Karagwe. De désespoir, le pauvre exilé se jeta dans la rivière et disparut sous les flots.

12.Lorsde la célebration annuelle de la "fête des prémices", une sectionde "Biru" devaient conserver un objet-souvenir. Grâce à ces souvenirs conservés religieusement, on comparait le nombre de "prémices" des différents règnes. Le dernier fonctionnaire d'entre les Biru qui débitait encore le précieux point de repère historique s'appelait Mabare, fils de Nkuliyingoma. Il est mort il y a quelques 20 ans! Son neveu Sezibera, habitant à Remera dans le Kabagali,a retenu de lui qu'il s'était passé 11 récoltes de sorgho sans célébration de "la fête des prémices" entre la mort de Ndahiro II et l'avènement de Ruganzu II. Sezibera, compatissant à la peine que je manifestais de ce qu'il n'ait pas retenu les précieuses traditions concernant les "prémices" de tous les règnes, il me répondit: "je n'y puis rien Padri! J'ignorais que cela devait vous intéresser dans la suite! Et puis d'autres fonctionnaires en étaient chargés, tandis que je devais retenir par coeur de bien autrement importantes traditions!"

13.Le Bugara était situé dans le Nord du Rwanda. La plus grande partie de son territoire a été englobée dans le Kigezi Britannique, lors de la délimitation anglo-germano-belgo de 1910.




8. Mutara I Nsoro II Semugeshi dit Muyenzi(vers 1610)

ce prince avait été l'un des plus illustres capitaines qui se distinguèrent sous le règne de son père. Les transformations il introduisit dans le Code Esotérique, - ignorées évidemment du public, - ont consacré, aux yeux de la Dynastie, son prestige et son talent d'innovateur de génie [14]

Pour le sujet qui nous occupe, il a conquis la principauté du Bufundu, après en avoir tué le potentat, du nom de Rubuga, fils de Kagogo. Il annexa pareillement celle du Busanza, alors régie par Nkuba,fils de Bagunama. Il triompha surtout du royaume de Bungwe, gouverné alors par Rubuga, fils de Samukende. Les trois nouveaux territoires avaient victorieusement resisté, non seulement à Yuhi II Gahima II, mais encore au grand Ruganzu II Ndoli.

Notes:

14.Ce fut lui qui supprima les noms royaux de Nsoro, de Ndahiro et de Ruganzu; le premier parce que porté également par les rois du Bugesera, alors Royaume puissant; celui de Ndahiro, parce que son dernier titulaire avait perdu le Tambour Dynastique enlevé par l'ennemi; celui de Ruganzu, parce que ses deux titulaires avaient été tués par l'ennemi. Il y ajouta le nom deMutara dont il fut premier titulaire, et introduisit, dans le Code même, un nouveau Poème destiné à préserver les Vaches, etc.




9. Kigeli II Nyamuheshera (vers 1640)

Ces prince est compté parmi les plus grands héros de l'ascendance; un véritable émule de son aïeul. ce fut lui qui annexa les régions situées entre les volcans et la forêt congolaise, limite des terres habitées que nos ancêtres aient connues de ce côté. Vers le Nord il atteignit le Lac Edouard, laissant à sa droite le royaume du Ndorwa trop puissant à cette époque. Au Sud du Lac Kivu, il annexa les principautés du Bukunzi et celle du Bishugi, cette dernière située à l'Ouest de la Rusizi[15]. Il dirigea aussi une expédition punitive contre l'île d'Ijwi, qui refusait de payer tribut. Il fit exécuter Barishaka, descendant des potentats autochtones de l'Itabire (région annexée par Ruganzu II, et englobée actuellement dans la province du Rusenyi, territoire de Cyangugu), sous l'inculpation d'avoir accepté la dédicace d'un Poème Dynastique, droit reservé exclusivement au Roi du Rwanda.

Notes:

15.La principauté du Bishugi semble n'avair pas eu des liens étroits avec le royaume du Bunyabungo qui le bordait au Nord. Le prince du Bishugi restait toujours en relations d'amitié avec la Cour du Rwanda, à l'époque où notre pays était en guerre contre le Bunyabungo.




10.Mibambwe II Sekarongoro II Gisanura (vers 1670)

Ce Roi est surnommé le Généreux, à cause surtout de la distribution gratuite de lait qu'il avait organisée en faveur des indigents que les circonstances maintenaient dans le voisinage de la Cour. Ils en bénéficiaient trois fois par jour: le matin, à midi et le soir.

Sous ce prince Ntare III Kivimira, Roi du Burundi[16], passa la frontière avec une faible escorte, pour s'emparer, sans coup férir, d'un trupeau de vaches à longues cornes, qu'il y savait pacager sans garde armée. le pasteur en chef, du nom de Rugaju, lui asséna un coup de bâton à la nuque et le monarque en perdit connaissance. Tandis que les compagnons du razzieur imprudent s'empressaient autour de lui pour le frictionner, les gardiens du troupeau s'éloignèrent avec leurs vaches. ce devait être vers la fin du règne de Mibambwe II, car les représailles de Ntare II Kivimira ne se produisirent avec ampleur que sous Yuhi III Mazimpaka.

Notes:

16.Jusqu'ici le Royaume du Burundi n'a eu que 8 Rois de la présente Dynastie; c'est l'opinion reçue chez ceux qui ont étudié la question en ne se basant que sur les données obtenues en ce pays. mais les Mémorialistes du rwanda nous indiquent 16 Rois de la Lignée du Sud qu'ils disent issue de la nôtre, d'après un enchaînement de faits que je n'ai pas l'intention de narrer ici. On sait que les noms de règne au Burundi sont quatre et qu'ils se suivent dans l'ordre que voici: Ntare, Mwezi, Mutaga et Mwambutsa. Nos Mémorialistes ont retenu, d'une manière indubitable, quatre Rois du nom de Ntare: 1er: Ntare I Rusatsi, qui fonda la présente Dynastie sous le règne de notre Mibambwe I. - 2ème: Ntare II Kibogora ( que d'autres disent Bijanyali), qui attaqua le Bugesera, dont le Roi fit appel à notre Ruganzu II Ndoli. Ce dernier y envoya ses guerriers sous le commandement de Nyantabana du clan des Bega, et les envahisseurs Barundi furent repoussés. - 3ème: Ntare III Kivimira, que nous rencontrons sous notre Mibambwe II et sous son fils Yuhi III Mazimpaka. - 4ème: Ntare IV Rugamba dont la Garde appelée "Inzobe" se mesura longtemps à celle de notre Yuhi IV Gahindiro, appelée "Abashakamba".Or, quatre Rois du nom de Ntare appellent le cycle complet des trois autres noms royaux.Il n'y a pas de doute qu'on arrivera au compte complet. Par sa lettre du 23-X-1949, le Chef Pierre Baranyanka, qui s'intéresse vivement à la question, me fait savoir qu'en interrogeant les Birude sa région, il est arrivé à 12 Rois, au lieu des 8 antérieurement identifiés.Les institutions "Historiques"du rwanda offrent au chercheur des facilités inconnues chez nos voisins. Aussi le plus grand mérite revient-il au chercheur d'ailleurs qui déploie ses efforts hautement méritoires, là où nos Bardes et Mémorialistes attendent chacun le tour de dicter le dépôt traditionnel dont sa famille, parfois de temps immémorial, a été chargée par la Dynastie.




11.Yuhi III Mazimpaka (vers 1700)

Ce Roi est compté parmi les compositeurs en Poésie Dynastique; nous possédons de lui 4 morceaux complets. Sous son règne, Ntare III Kivimira envahit le Rwanda et lui enleva les provinces du Sud, anciennes conquêtes de Mutara I. Yuhi III organisa des cérémonies symboliques du domaine ésotérique [17] ordonnées à arrêter l'avance de son redoutable adversaire du Sud. Ayant suivi la vallée de la Rusizi et côtoyé la rive du Kivu, une des Armées de Ntare III razzia un troupeau d'entre les personnels de Yuhi III qui pâturaient à Mpembe dans la province actuelle de Rusenyi. Le Roi du Burundi tint à boire du lait de ce troupeau. Mais ensuite il tomba malade et expira à Nyaruhengeri, dans notre province actuelle des Mvejuru, territoire d'Astrida, sur le chemin du retour en son pays. Cette mort fut attribuée aux incantantions dont Yuhi III se serait servi, telles des flèches, pour abattre son ennemi. Le monarque du Burundi fut atteint par ces traits mystérieusement lancés, par l'intermédiaire du lait qu'il eut l'imprudence de boire, du troupeau personnel de son antagoniste avisé!!!

Notes:

17.Exactement le cérémonial détaillé par le Poème de la Voie-défensive destinée à conjurer l'invasion dont le Rwanda serait victime.




12.Cyilima II Rujugira (vers 1730)

Ce prince est, avec Ruganzu II, le plus fameux membre de la Dynastie. Son règne peut être considéré comme l'âge d'or de la Poésie Dynastique. Les hostilités ouvertes entre le Rwanda et le Burundi sous notre Mibambwe II atteingirent leur paroxysme sous notre grand Cyilima II. Il s'opposa, en une lutte acharnée, au fameux Mutaga III Sebitungwa (surnommé Semwiza: le Bel), petit-fils de Ntare III Kivimira. Parmi les héros Libérateurs tous offensifs du Rwanda, très nombreux à cette époque, on compte Gihana, propre fils de Cyilima II. Le Roi du Burundi, Mutaga III en personne, fut acculé à accepter la mort en Libérateur-défensif, afin d'endiguer les victoires de son rival qui menaçaient l'indépendance de son pays. Il se livra volontairement à la mort, à la bataille de Nkanda dans notre province actuelle du Buyenzi, territoire d'Astrida,au Burundi à cette époque. Son Tambour-des-audiences, le Rugabo, fut rapporté dans le butin et se trouve encore à Gaseke, lieu où la momie de Cyilima II était en vénération, jusqu'en 1931, année où les Biru reçurent l'ordre de l'enterrer.




13.Kigeli III Ndabarasa (vers 1760)

Comme ses deux homonymes de l'ascendance, ce Roi fut un grand guerrier. Il conquit le Royaume du Ndorwa, régi par la Dynastie des Bashambo [18] et razzia des myriades de bovidés jusqu aux régions du Nkole et du Bumpaka à l'Est du Lac Edouard. Il ruina de même le Mubali ou Royaume-des-îles (Mazinga), dont il tua le Roi Biyoro et sa mère Nyirabiyoro[19].

Notes:

18. Bashambo, descandants de Mushambo, fils de Kanyandorwa I Sebugabo, fils de Gihanga.

19.Avec la mort de Biyoro, Kigeli III atteint l'ancienne Dynastie du Mubali. La Dynastie fantoche actuelle, dont le représentant est un simple Chef de province du rwanda depuis l'arrivée des belges, est récente. Son tambour-dynastique est le Babasi.




14.Mibambwe III Mutabazi II Sentabyo (vers 1790)

Ce prince eut à lutter contre ses frères révoltés, qui tentaient de faire introniser l'un d'eux, appelé Gatarabuhura. Ces luttes civiles ne l'empêchèrent pas de prendre part au dépècement du Royaume du Bugesera, que le Burundi venait de mettre à l'étroit. Le Hamite vaincu par ses deux puissants voisins, Nsoro IV Nyamugeta [20], se réfugia au Gisaka, auprès de kimenyi IV Getura. Notre Mibambwe III captura les vaches dynastiques du Bugesera, appelées "Inshya". Emporté par la petite vérole au bout d'un règne tourmenté d'environ cinq ans, ce prince fut regardé comme Libérateur défensif volontairement sacrifié, à l'effet de mettre fin au fléau [21].

Notes:

20.Les Mémorialistes du Rwanda ont retenu quatre monarques du nom de Nsoro, et ce sont les seuls du Bugesera que nous connaissions:Nsoro I Bihembe, contemporain de notre Cyilima I Rugwe; Nsoro II Sangano, qui régnait à l'époque de notre Mibambwe I; Nsoro III Nyabarega, qui gouvernait le Bugesera sous notre Yuhi III; et enfin Nsoro IV Nyamugeta, avec lequel disparut la Dynastie des Bahondogo, ou lignée issue de Muhondogo fils de Kanyabugesera I Mugondo, fils de Gihanga.

21.Le Roi fut atteint de la petite vérole dans les circonstances suivantes:Kimenyi IV du Gisaka avait conseillé à l'un de ses sujets de simuler une fuite et de se rendre au Rwanda comme un réfugié politique. Le faux réfugié était porteur d'un très beau vêtement en écorce de ficus destiné à Mibambwe III. Or le vêtement avait été mis en contact avec un malade atteint de la petite vérole. Le prince Kimanuka, grand-frère du Roi, auquel s'adressa le nouveau venu pour solliciter une audience, s'appropria le nouveau vêtement qu'il se hâta de porter. Il ne tarda pas à s'aliter, atteint de la terrible maladie. Mibambwe III qui venait le visiter, - car on ne savait pas encore de quel mal il s'agissait, - fut atteint à son tour et les deux frères décédèrent à quelques jours d'intervalle.




15.Yuhi IV Gahindiro (vers 1795)

Intronisé à peine âgé de quelques mois, ce Roi parvint de justesse, à mâter la révolte dont son père n'avait pas eu le temps de triompher. La mort de Mibambwe III survenue à Kanyinya, dans la province de Rukoma, est considérée comme le point de départ des hostilités qui faillirent étouffer le jeune Yuhi IV. Il dut refaire la conquête du Ndorwa, ancienne acquisition de Kigeli III, dont les princes autochtones avaient relevé la tête, à la faveur des luttes intestines sévissant au Rwanda, à l'avènement de Mibambwe III. Il envoya également des expéditions punitives contre les potentats du Nord-Ouest du Lac Kivu, dont le plus important, appelé Karinda régnant sur la Buzi-Buhunde[22] fut tué, ainsi que sa mère Nyirakarinda. Il attaqua de même le Bunyabungo, dont le Roi Mweru refusait de payer le tribut imposé à son pays depuis Ruganzu II Ndoli [23]

Notes:

22.Buhunde: région située à la pointe Nord-Ouest du lac Kivu. - Le Buzi: presqu'île de Bobandana, en face de la région des dernières éruptions volcaniques. -Nyirakarinda fut arrêtée grâce au concours du principicule Bikali, qui a laissé son nom au fameux Lac-Vert, que l'on admire sur la route Ngoma [sic!]-Sake, et appelé en notre langue "Liba lya Bikali": Puits pastoral de Bikali

23.Le dernier monarque du Bunyabungo reconnu comme tel par la Cour du Rwanda à la mort de Kigeli IV Rwabugili (en 1895), était Rutaganda, fils de Byaterana, fils de Makombe, fils de Mweru. Ce dernier prince est appelé par les Banyabungo du nom de Birhenjira; c'est peut-être son nom de famille inconnu du Rwanda.




16.Mutara II Rwogera (vers 1825)

Ce Roi attaqua le Royaume du Gisaka, à la faveur des luttes intestines qui le bouleversaient; il le vainquit et l'annexa définitivement. Les batailles décisives avaient été engagées surtout dans la province du Bwilili (région actuellement englobée dans la province du Gihunya, territoire de Kibungo), où se trouvaient les refuges naturellement protégés par la gorge presque infranchissable de Kanigo[24].

Notes:

24."Kanigo": en kinyarwanda " Kaniga ", signifie "gorge" ou "étranglement".




17.Kigeli IV Rwabugili (date à peu près certaine 1853)

Portrait présumé<br> de Rwabugiri.

Portrait présumé de Rwabugiri.
Source: http://www.
benjaminsehene.com/
histoire.htm

Ce prince, dernier Roi guerrier,fut un batailleur infatiguable, à l'exemple de ses trois homonymes de l'ascendance. Toutes les régions limitrophes du Rwanda, à l'exception du Karagwe [cfr. note 10], furent l'objet d'innombrables expéditions auxquelles le Roi prenait presque toujours part. On peut dire qu'il fut le fléau des princes autochtones dont les territoires se trouvaient à sa portée. Ses ravages se firent surtout à l'Ouest, dans les régions orientales du Congo et dans les principautés de l'actuel Protectorat de l'Uganda, zone traditionnellement de réserve, où le Rwanda avait l'habitude de s'enrichir en bovidés.




18.Yuhi V Musinga (en janvier 1897)

Le Mwami Yuhi V Musinga

Yuhi V Musinga (1896-1944) .

Ce Roi fut intronisé après la défaite et la mort de son frère, Mibambwe IV Rutarindwa, qui eurent lieu à Rucunshu, province du Marangara, territoire de Nyanza, en décembre 1896. La mort de Kigeli IV Rwabugili en août ou septembre 1895, avait jeté le pays dans de graves perplexités, les Dépositaires du Code Esotérique s'étant divisés en deux partis, au sujet de la légitimité de Mibambwe IV. Enfin, le sort des armes fut favorable à Musinga qui resta "seul maître des Tambours", mettant ainsi fin à ces "rivalités à la suite desqueslles le Karinga était embarrassé", n'étant fixé sur l'identité indiscutable de son titulaire.[25].

Notes:

25.Le Coup d'Etat de Rucunshu a mis fin à un conflit du domaine Esotérique antérieur au règne de Kigeli IV Rwabugili, père des deux compétiteurs. Une étude spéciale lui sera consacré dans une monographie en préparation, relatant les événements du point de vue "du Code Esotérique".




19.Mutara III Rudahigwa (16 novembre 1931)

Le Mwami Mutara III Rudahigwa et la Reine Rosalie Gicanda

Rudahigwa et sa seconde épouse, une chrétienne cette fois, Rosalie Gicanda.
Source: http://www.benjaminsehene.com/histoire.htm

...On se rendra facilement compte de l'importance que revêtent les Poèmes composés sous le Roi actuel. Ils relatent, en effet, des événements dont nous avons été témoins oculaires. Aussi sera-t-il loisible à quiconque de se rendre compte, par lui-même, de la part historique susceptible d'être glanée sous ces élucubrations poétiques. L'analyse desdits morceaux fournira des conclusions capitales, desquelles doit dépendre le verdict sur la valeur des Bisigo, comme "documents"historiques. dans le cas oè ce verdict serait favorable, les morceaux plus anciens seraient abordés et interprétés suivant le même procédé. Les Poèmes Dynastiques constitueraient ainsi une mine de précieuses références, appuyant et agrémentant à la fois les divers récits des Mémorialistes groupés sous le titre de Grande chronique des Rois du Rwanda. C'est du reste le but de cette monographie, composée pour déterminer un point de rpère susceptible d'être admis comme tel, pouvant ensuite étayer d'autres branches de la documentation recueillie.

C'est pourquoi nous devons considérer avec attention l'idée fondamentale commune aux Poèmes composés sous le règne actuel. L'événement qui les inspire au début du règne, est la déposition de Yuhi V Musinga et l'intronisation de son fils Mutara III Rudahigwa. Les Aèdes vont s'attacher à nous décrire ce double événement, dont la connaissance préalable est nécessaire pour saisir exactement le témoignage oculaire contenu dans les morceaux. Puisque Yuhi V Musinga n'est plus, rien ne s'oppose désormais à ce que soit abordé ce sujet qui, de son vivant, était d'une extrême délicatesse dans les milieux coutumiers et traditionnalistes. Et ce premier pas semble d'autant plus autorisable, qu'il s'agit ici d'une raison de très grande utilité au point de vue ethnographique.

La déposition de Yuhi V Musinga, disons-le une fois pour toutes, fut un grand bien pour le Rwanda. Dès son enfance instrument inconscient de vengeance et de domination entre les mains de ses tuteurs, et surtout de sa mère,il ne parvint jamais, même homme fait, à se libérer de la funeste emprise de cette dernière. Ce n'était qu'un mannequin aux ordres de cette femme autoritaire, aux instinct sanguinaires dont les déjà nombreux documents accusateurs n'en ont pas encore dit assez! Elle ne se consola jamais d'avoir été obligée de renoncer aux massacres arbitraires dès l'arrivée des Belges dans le pays.

Baptême du Mwami Mutara III Rudahigwa

Baptême de Rudahigwa, le 17 octobre 1943. Il a pour parrain Pierre Ryckmans, le gouverneur général du Rwanda.
Source: http://www.benjaminsehene.com/histoire.htm

Elle livra son fils, corps et âme, aux devins de la Cour, guides aveugles, qui lui inculquèrent de l'aversion, non seulement pour le Christianisme, mais aussi pour toute idée d'évolution dans le sens des principes de l'Occident.

Aussi s'opposa-t-il passivement, mais avec une constance désespérante, aux directives du Gouvernement Belge dont il paralysa jusqu'à uncertain point, l'action civilisatrice. Se trouvant ainsi être un obstacle sérieux à l'évolution de son pays, sa présence devenait une anomalie criante. Sa déposition a été donc, aux yeux des Rwandiens éclairés, non seulement le symbole, mais encore le point de départ de notre progrès social normal, sous l'autorité d'un Roi foncièrement acquis aux principes apportés chez nous par nos éducateurs civilisés.

Cet événement soumettait cependant à l'opinion indigène un problème sans précédent, et dont l'appréciation devait être quelque peu complexe. Le Code Esotérique de la Dynastie prévoit, certes, dans quelques circonstances, l'intronisation de Rois du vivant de leurs pères, et l'histoire le prouve à suffisance. Mais pour la première fois, on voyait un Roi éloigné de la Cour, séparé du Karinga, et dont on disait qu'il avait été privé de sa dignité. or, la dignité royale est inamissible: on de devient pas Roi, en effet, on est créé tel par Dieu et on le reste pour toujours!

Telle était la stupeur d'un milieu habitué à apprécier les choses sous cet angle, lorsque se répandit la nouvelle que Musinga avait été dépossédé du Karinga, Tambour-Emblème de la Royauté. D'aucuns opinaient que c'était l'abolition de la Royauté, ou du moins, ce qui revenait au même, l'intonisation prochaine d'un Roi profane, non issu de la Dynastie traditionnelle! Voici cependant

La mère et la veuve de Rudahigwa pendant la cérémonie de funérailles du mwami, en 1959

La mère et la veuve de Rudahigwa pendant la cérémonie de funérailles du mwami, en 1959.
Source: http://www.benjaminsehene.com/histoire.htm

que le lendemain est intronisé son fils aîné, Rudahigwa, sous le nom royal de Mutara. Enfin on respire: la Royauté n'a pas été abolie! C'est la même Dynastie qui continue son cours. Le nouveau Roi a sans doute été intronisé à l'européenne, en marge du cérémonial prévu par le Code Esotérique et auquel tout le pays prenait part, en quelque sorte; mais l'essentiel est sauf!

Maintenant que sont dissipées les pires appréhensions de la veille, les "Dépositaires du Code Esotérique", ainsi que les diverses compétences en Histoire et en Droit Coutumier, interprètent l'événement. Pour eux, puisque la dignité royale est inamissible, Yuhi V Musinga reste Roi au même titre que son fils. Ce dernier est donc co-régnant. Les deux ensemble forment, selon les règles traditionnelles, un unique Roi, car le Karinga ne peut souffrir la dualité de détenteurs. Ce qui est anormal pour le cas présent, c'est que, contrairement aux règles reçues, le Karinga soit détenu par le fils, alors qu'il devrait rester propriété du père jusqu'à sa mort.

Voilà les sous-entendus des morceaux composés au début du règne actuel. On trouveras ces pensées exprimées parfois en propres termes, selon que l'Aède est certain de ne pas déplaire au nouveau Roi.Mais l'ensemble suppose manifestement ce double événement que les compositeurs ont en vue.

Ces poèmes, à l'exception d'un seul, ont été déclamés devant le Roi, comme le veut la Coutume. Celui dont Mutara ne devait prendre connaissance que bien plus tard est celui intitulé "Mes Félicitations au Dieu qui a relevé le Rwanda", dont le texte a été difficilement obtenu, l Aède se refusant à le dicter, à le communiquer à quelque autre, avant d'en avoir fait la déclamation en primeur devant le Roi. Pour se décider à le dicter, il exigea que rien n'en fut communiqé à personne autre, jusqu'au moment où le Roi en aurait eu connaissance. cet arrangement fut une chance dont on peut se féliciter, car le vieux Sekarama mourut sans avoir eu l'occasion, ni peut-être surtout la force de se rendre à la Cour.

Menu Principal

Main Menu