Homepage History of Rwanda
Archives du Rwanda -- Rwanda Archives
Inyandiko zibutsa amateka
Histoire du Rwanda -- History of Rwanda
Amateka y'u Rwanda
Société -- Society
U Rwanda n'Abanyarwanda
Littérature orale -- Oral Literature
Ubuvanganzo nyemvugo
Lu Pour vous -- Read for you
Ibyo mwasomewe
About Us Videos Media Studies Dossiers//Special Pages Recherche//research

Menu Principal

Main Menu

Histoire du Rwanda--History of Rwanda
Amateka

Souhaiteriez-vous publier un article sur l'histoire du Rwanda?
Cliquez ici pour contacter le Webmaster.
Would you like to have your article on the history of Rwanda published on this page?
Click here to contact the Webmaster

Dossier Spécial Deuxième République
Second Republic Special Page

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor
©O. Nyirubugara,October 2006

Les dossiers spéciaux correspondant aux évènements de l’histoire récente du Rwanda sont désormais devenus courants sur ce site. Par le passé nous nous sommes penché sur la Révolution Sociale de 1959, la Première République, et les derniers mois du Président Juvénal Habyarimana. Pour le présent dossier, nous nous sommes concentré sur la Deuxième République, dans ce que nous avons voulu être une autopsie de cette période couvrant plus de deux décennies.

Pour mieux explorer cette période, nous avons choisi deux ouvrages récents, à savoir RWANDA : du parti-Etat à l’Etat-Garnison de James K. Gasana et Juvénal HABYARIMANA : l’homme assassiné le 6 avril 1994 d' Eugène Shimamungu. Le choix de ces ouvrages a été motivé par les approches opposées pour lesquelles les deux auteurs – par ailleurs chercheurs de haut niveau – ont optées pour « autopsier » la Deuxième République.

Au cours de nos analyses et commentaires, nous avons opté pour la méthodologie consistant à choisir un thème dont les deux auteurs ont traité, de confronter les points de vue de ces auteurs tout en faisant appel à d’autres ouvrages lorsque ceux-ci apportent des éclaircissements complémentaires.

A part ces articles d'analyse, nous avons fourni quelques archives et articles déjà écrits au sujet de la Deuxième République. Nous tenons à remercier ceux qui ont eu l’amabilité de mettre certaines archives à notre disposition, ainsi que celles et ceux qui ont bien voulu partager leurs analyses et observations avec nous.

...
DOSSIER COMPLET

Les devoirs de l’armée vis-à-vis du pays

Portrait présumé<br> de Rwabugiri.

Portrait présumé de Rwabugili, roi guerrier sous lequel 15 expéditions officielles eurent lieu.
Source: http://www.
benjaminsehene.com/
histoire.htm

Pour enrôler les jeunes dans ses compagnies ainsi que pour mobiliser ses guerriers en cas d’expéditions, le chef d’armée doit toujours s’adresser aux différents chefs des parentèles et ne jamais se mettre en rapport direct avec leurs subordonnés;…

Si un membre de la parentèle refuse obéissance à son patriarche en cette matière, ce dernier pourra le déposséder des bovidés dits du Roi et par le fait même le chasser de l’armée…

Les vaches ainsi saisies de deviendront pas la propriété du chef de parentèle ; celui-ci les devra donner à un jeune homme de sa famille qu’il présentera au chef d’armée pour remplacer le foyer dont aurait frustrée la milice.

Cette prescription a été faite pour freiner la rapacité éventuelle des chefs patriarcaux qui n’auraient pas manqué de susciter la mésentente entre eux et leurs parents pour s’enrichir de leurs dépouilles.

Si le guerrier congédié de l’armée était détenteur de vaches obtenues en Contrat de Servage Pastoral (et donc indépendantes du chef patriarcal), il devenait par le fait même membre de l’armée à laquelle appartenait son suzerain vacher.

S’il n’est pas lié à un suzerain vacher, il était incorporé dans l’armée dont était membre celui qui lui donnait la première vache, dite du feu. ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Reconnaissance du pays pour le mérite

La vache, la récompense principale du guerrier.

La vache, la récompense principale du guerrier.

Dès que la dernière armée a eu sa réception nocturne, le lendemain commence le dénombrement du butin. Des fonctionnaires de la Cour suspendent, dès le matin, la hache appelée Rwamukire sur l’un des pisés de l’entrée principale de la capitale, pour symboliser la peine de mort réservée à quiconque osera cacher ne fût-ce qu’une vache du butin.

Le Roi dispose toujours de l’arc de l’expédition ; c’est-à-dire de la totalité du butin saisi par les bâtonnistes. Quant au butin privé (…), il ne doit pas paraître devant le Roi.

Le Roi peut, à sa guise, ou bien adjuger tout l’arc de l’expédition à l’armée la plus pauvre en vaches, ou bien se le réserver lui-même pour apanager ses résidences chef-lieux de districts civils (…), ou bien l’abandonner à toutes les armées, chargeant leurs chefs de faire le partage équitable entre ceux qui les auront accompagnés.

Dans l’un et l’autre cas, le Roi aura eu soin de prélever un certain pourcentage sur le butin saisi, en vue des récompenses militaires. Il donnera des dizaines de vaches au général de l’expédition, au titre de prix de bravoure. Il donnera également une vache au même titre, à chaque chef d’armée revenant de l’expédition ; ensuite, autant à chaque bâtonniste et à chaque guerrier s’étant distingué sur le champ de bataille et spécialement à tous ceux qui auront tué au moins un ennemi. [3]

Enfin chaque chef lui présentera un guerrier ayant fait preuve d’un courage exceptionnel et considéré comme le héros de l’armée durant l’expédition ; à celui-là le Roi donnera une vache à titre de prix de prouesse exceptionnelle Inka y’ubumanzi. ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Dossier Première République-- 1st Republic Special Page

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor
©O. Nyirubugara,October 2006

Après notre Dossier Spécial sur la Révolution de novembre 1959, nous voudrions très logiquement vous présenter la suite des événements qui ont marqué l'histoire du Rwanda à la fin de la décennie 50 et au début de la décennie 60. En effet, comme cela apparaît dans le Dossier Spécial sur la Révolution de novembre 1959, l' idée est de mettre les matières premières à la disposition des chercheurs, surtout la jeune génération rwandaise aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur du Rwanda. Notre but, faut-il encore le rappeler, n'est pas de réécrire l'histoire, mais tout simplement reproduire les archives et articles scientifiques sur cette période qui reste à découvrir.

Nous espérons que les articles et archives reproduits sur cette page instruiront le lecteur, en clarifiant les rôles joués par les uns et les autres dans cette lutte entre 'émancipationnistes' republicains soutenus par l'administration coloniale belge d'une part et les monarchistes-traditionalistes soutenus par l'Organisation des Nations Unies d'autre part. Les divergeances d' opinions et de stratégies quant à l' avenir direct du Rwanda - résumées par les slogans: Democratie d' abord, indépendance ensuite ( Demokarasi y' aboro) pour les républicains et Indépendance immédiate pour le camp monarchiste - sont largement expliquées.

Le lecteur sera amplement eclairé sur le fameux Congrès de Gitarama du 28 janvier 1961 qui aboutit à ce qui est communément appelé - à tort ou à raison - "le coup d'Etat de Gitarama" ou encore " le coup d' Etat du Colonel Logiest". Qui a fait quoi ce jour là et pourquoi?...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Dossier Révolution de 1959--1959 Revolution Special Page

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor
©O. Nyirubugara,October 2006

Dans le cadre de ce projet noble de mettre à la disposition de la jeunesse rwandaise les archives inédites de l'Histoire du Rwanda, nous avons le plaisir d'introduire cette page spéciale destinée spécialement et exclusivement aux archives concernant la Révolution Rwandaise de 1959.

Comme vous le remarquerez, il ne s'agit pas d'analyser cet événement controversé que les uns appellent 'Révolution' et les autres 'début des massacres', mais simplement de reproduire ce qui a été écrit à ce sujet. L'intention première est donc de faciliter la compréhension individuelle de cet événement somme toute unique dans l'Histoire tourmentée du Rwanda. Nous voulons également faciliter la recherche sur ce point, à une époque où l'Histoire du Rwanda semble nous offrir deux versions contradictoires.

Nous saisissons donc cette occasion pour lancer un appel à tous ceux et toutes celles qui auraient à leur disposition des documents relatifs à ce sujet, de nous les faire parvenir à cette adresse olny@olny.nl afin que nous puissions enrichir et compléter cette page. Il va de soi que des réactions, sous forme d'article non-idéologique mais plutôt scientifique, sont également les bienvenus sur cette page. ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Le peuple rwandais accuse...

Le Rwanda

Le Rwanda

Le conflit inter-ethnique au Rwanda qui est à la base de la situation tragique actuelle, remonte assez loin dans le temps. En effet, quiconque connaît l'Histoire du Rwanda sait que ce pays a été tout d'abord habité par des Twa (pygmoïdes) qui vivaient de la chasse et de la cueillette. Vinrent ensuite les Hutu (bantous) agriculteurs et, enfin, plus tard les Tutsi (hamites) qui s'occupaient exclusivement de l'élevage du bovidé.

Le Rwanda qui étaient divisé en principautés hutu régies par des institutions solides fut peu à peu conquis par les Tutsi qui adoptèrent la totalité desdites institutions. Les Hutu, pourtant numériquement majoritaires, furent soumis et réduits au rang de serfs. Le conflit Hutu-Tutsi était déjà ouvert, voici un peu plus de quatre siècles.

C'est dans ce contexte que le colonisateur et le missionnaire sont arrivés. Le colonisateur a même aidé le Tutsi à achever la conquête de tout le pays. IL a solidement appuyé le pouvoir ainsi trouvé en place.

Pendant tout ce temps, le missionnaire s'occupait de la formation des enfants des seigneurs tutsi pour assurer leur succession. Mais en même temps, quelques rares Hutu bénéficiaient aussi d'une certaine formation à leur niveau.

C'est ainsi que plus tard, ces quelques rares intellectuels hutu réclameront les droits du menu peuple accaparés par les seigneurs féodaux (voir le " « Manifeste des Bahutu »" de mars 1957).

Mais à ces réclamations ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Mort du mwami Mutara III Rudahigwa et avènement du mwami Kigeri V Ndahindurwa.

Le Mwami Mutara III Rudahigwa et la Reine Rosalie Gicanda

Rudahigwa et sa seconde épouse, une chrétienne cette fois, Rosalie Gicanda.
Source: http://www.benjaminsehene.com/histoire.htm

Le vendredi 24 juillet 1959, le mwami Mutara descendit à Usumbura, invité semble-t-il [1]par un télégramme. On ne sait pas de qui émanait cette invitation, vu que le gouverneur Harroy était en congé en Belgique et son adjoint, le commissaire provincial Tordeur, en tournée dans le sud du Burundi. Le lendemain de son arrivée, le mwami prit l'apéritif à l'hôtel Paguidas avec son secrétaire E. Muhikira et deux autres rwandais non identifiés. Vers 11 heures 30 il demanda d'être excusé pour une demi-heure; il alla consulter son médecin, le Dr. J. Vinck, qu'il avait déjà vu plus tôt dans la matinée. Le mwami insista pour avoir une piqûre de pénicilline; le Dr. Vinck lui administra une injection d'environ 1 million d'unités de mégacilline. [2] Lors de la conversation avec son médecin qui suivait la consultation, le mwami s'effondra, apparemment foudroyé par une hémorragie cérébrale. Il semble que, contrairement à l'opinion exprimée par l'abbé Kagame [3], le mwami était en fort mauvaise santé. Il fumait et buvait à l'excès et souffrait de tabès[4].

Il y a sur la mort du mwami Mutara Rudahigwa essentiellement trois hypothèses.

  • Primo, le suicide à l'étranger considéré comme conforme à la tradition de l' umutabazi et dont le chanoine de Lacger fournit une description quelque peu lyrique:

    C'est le vengeur d'une espèce unique, qui au lieu de tuer l'injuste agresseur de son pays, se fait tuer par lui, afin de charger sa tête d'un forfait abominable, et que son ombre à lui, son propre musimu ( muzimu ), revenant en puissance, ait le droit de le frapper et de lui faire subir par un inexorable retour la peine du talion [5]

    Dans le cas de Rudahigwa, par son suicide un Mutara (roi paisible) céderait la place à un Kigeri (roi guerrier) qui pouvait mener les armées rwandaises à la victoire.

    Une variante de cette hypothèse est l'auto-empoisonnement, imposé par la règle coutumière qui voulait que, lorsque le successeur du mwami atteint l'âge d'homme, le roi dût disparaître.

    L'hypothèse du suicide est à écarter: elle n'est pas compatible avec la mentalité du mwami, qui avait depuis longtemps dépassé le stade des croyances traditionnelles comme celle de l' umutabazi. Rudahigwa avait plusieurs projets d'avenir, notamment celui d'effectuer un voyage aux Etats Unis.[6]

  • Secundo, ...

    TEXTE COMPLET VERSION HTML

    PDF version

Ngisaba he! ou l'origine de l'interdiction faite à la descendance du Roi Yuhi III Mazimpaka de ne plus se marier avec des femmes Bacyaba

Poème à ibyanzu de 61 vers, (complet) par Yuhi III [N.d.l.r. Mazimpaka]. Nsoro [N.d.l.r. Roi du Bugesera] se trouvait toujours à Kabugondogo. Il sollicita une entrevue avec Yuhi III, sans pouvoir l'obtenir car les aruspices de la Cour s'y opposaient, en vertu de consultations divinatoires déchiffrées à cette fin. Nsoro III se résigna donc à traiter par des intermédiaires.

Cependant à côté des préoccupations politiques du moment, Nsoro III voulait rencontrer le monarque du Rwanda, afin de satisfaire en même temps sa curiosité. Yuhi III était, en effet, un homme d'une beauté légendaire, et son collègue désirait en juger par lui-même. Les aruspices s'étant trop opposés à l'entrevue, Nsoro III y parvint par des voies détournées: il gagna à ses vues deux femmes de Yuhi III, appelées Kiranga et Cyihunde; elles étaient soeurs, appartenant au clan des Bacyaba. ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

La PDF version n' est pas disponible

LE CONFLIT RWANDAIS:Origines, Développement et Stratégies de sortie

Le conflit conduit à la destruction. Il est également un moteur dans l'histoire de l'humanité et constitue une motivation puissante pour la construction de la paix. Et pour preuve, dans la première moitié du 20e siècle, l'Europe a constitué avec ses deux guerres mondiales, ses régimes totalitaires, ses camps de concentration et ses guerres civiles - la région la plus violente au monde. La seconde moitié du 20e siècle a vu la création de la Communauté Economique et l'Union Européenne et le continent est aujourd'hui devenu l'un des endroits les plus libres, sûrs et prospères de la planète. Malgré l'énormité des destructions qu'il a déjà générées et l'immensité des difficultés liées à sa résolution effective, il importe donc de ne pas prendre le conflit rwandais pour éternel ...

LA VERSION HTML N'EST DISPONIBLE

PDF version

L' Histoire des Rois que supposent les Poèmes Episodiques...

Le Mwami Yuhi V Musinga

Le Mwami Yuhi V Musinga qui régna sur le Rwanda de 1897 à 1931.Ils fut déposé et exilé par les Belges qui lui reprochaient de constituer un obstacle à leur "mission civilisatrice".

Le présent chapitre n'a d' autre but que de fournir un commentaire historique permettant de comprendre les allusions squellettiques renfermées dans les quatre Bisigo à Impakanizi que nous allons lire. Ce commentaire servira également, dans une certaine mesure, pour les Bisigo à Ibyanzu et les Bisigo Ikobyo, qui auront cependant un aspect particulier, liés qu'ils sont à des événements localisés. Il ne s'agit donc pas ici d'un sommaire embrassant tous ls faits et gestes attribués à chaque règne par la Chronique orales des Mémorialistes.

Les Poèmes Dynastiques ne relatent les gestes des Rois qu'à partir de Ruganzu I Bwimba, 18ème ascendant de l'actuel Mutara III. Pour ne pas rester dans le vague, à chaque règne sera assignée une date appriximative, basée sur la moyenne de 30 ans communément attribués à la durée d'une génération dans nos régions. Nos Hamites du Rwanda ont toujours régné, en effet, par générations successives, de père en fils sans interruption.

Quant aux Rois antérieurs à Ruganzu I Bwimba, ils sont ignorés des Aèdes. Les Mémorialistes les ont appelés d'un nom collectif Abami b'umushumi (litt. Rois de la ceinture), ce qui veut dire "Rois des conquêtes", "Rois de la peine", parce que créateurs du pays en ces temps reculés, et en conditions difficiles. Leurs noms se trouvent dans le Poème Généalogique appelé Ubucurabwenge (litt.Invention de la Science) dont s'occupent les Généalogistes, autres fonctionnaires de la Dynastie. Les Rois des conquêtes successeurs de Gihanga, fondateur de la Dynastie,se distinguent évidemment des Rois mythologiques, appelés Ibimanuka( Les dégringolés du ciel) qui précèdent le même Gihanga.[i] ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n'est pas disponible

LE CONFLIT RWANDAIS

Charles Nkurunziza

Charles Nkurunziza Photo © Olivier Nyirubugara, 2005

La guerre de reconquête du pouvoir par le FPR-Inkotanyi qui a détruit le Rwanda et qui a abouti à la situation que le peuple rwandais vit aujourd’hui constitue à coup sûr, l’épisode la plus horrible du conflit rwandais à travers l’histoire de ce pays. Ici, la question qui vient évidemment à l’esprit est de savoir en quoi consiste ledit conflit. Le conflit rwandais est né à partir du moment où le Tutsi s’est engagé à ne jamais partager avec le Hutu dans son pays. Et toute l’histoire du Rwanda est depuis, construite sur cette terrible réalité.

Comme on le sait, la guerre de reconquête du pouvoir par le FPR au Rwanda aura fait verser trop de sang des rwandais, toutes les ethnies confondues, et les conséquences sur tous les plans sont incalculables. C’est sur cet ensemble de données qu’il va falloir réfléchir profondément, dans ce travail, pour dégager une vision commune de la réalité rwandaise. Dans cette réflexion, nous nous appuierons essentiellement sur « Les Aspects essentiels du problème rwandais », document réalisé par le Groupe Charles Nkurunziza (Bukavu, mai 1995)...

Il va falloir ici définir les parties au conflit et l’objet de ce conflit...

Selon le document du groupe précité, l’histoire du Rwanda nous apprend que les trois ethnies qui peuplent le Rwanda sont arrivées dans ce pays par vagues successives. Les Twa ou les Pygmoïdes furent les premiers occupants ; ils vivaient de la chasse et de la cueillette. Suivirent ensuite les Hutu d’origine Bantoue ; ils constituaient le groupe numériquement le plus important et s’adonnaient avant tout à l’agriculture. Les ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

La mort de Mutara III et l’ avènement de Kigeli V.

La mère et la veuve de Rudahigwa pendant la cérémonie de funérailles du mwami, en 1959

La mère et la veuve de Rudahigwa pendant la cérémonie de funérailles du mwami, en 1959.
Source: http://www.benjaminsehene.com/histoire.htm

Les faits

Le samedi 25 juillet 1959, à 13 heures, le Mwami Mutara III mourut inopinément à Usumbura. L’ enterrement et la succession dévolue à M. J.B. Ndahindurwa, se déroulèrent le mardi 28 juillet sur la colline de Mwima, près de Nyanza, dans une atmosphère extrêmement tendue. En effet, des bruits avaient circulés selon lesquels Mutara III était mort empoisonné par les Blancs avec la complicité des mouvements politiques opposés au groupe traditionnaliste. Dans les mois qui suivirent, ce groupe allait utiliser cette version contre ses adversaires.

Le coup d’ état de Nyanza

Radio-Congo Belge annonçait le dimanche 26 juillet : « Le Mwami est mort sans postérité masculine, ce qui pose un problème dynastique, qui devra être résolu dans le cadre de la coutume. Celle-ci dispose que le successeur du Mwami doit être un de ses fils, désigné par les Biru, gardiens de la coutume, après la mort du père, ou suivant le voeu du défunt. Le problème de la succession du Mwami sera donc difficile à résoudre. »

Tout le monde s’attendait, en effet, à un interrègne assez long, étoffé d’intrigues, d’une part, de tractations, d’autre part, pour résoudre au mieux des intérêts personnels ou des intérêts publics, un problème particulièrement épineux.

Le mardi 28 juillet au soir, on apprenait que le successeur du Mwami était Jean-Baptiste Ndahindurwa, un des neuf frères et demi-frères du défunt.

A cette nouvelle qui éclata comme une bombe, plus d’ un connaisseur du Ruanda s’écria : « C’ est un coup d’Etat ! ».

Le déroulement des événements durant ces trois journées établit indiscutablement l’ exactitude de ce jugement. ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n' est pas disponible

Le Bugara et les Bagara

Charles Nkurunziza

Charles Nkurunziza Photo © Olivier Nyirubugara, 2005

Le Bugara (U Bugara) était un des royaumes hutu de la région ancienne de l’Afrique centrale devenue plus tard le Rwanda. Il se trouvait au nord du Rwanda dans l’actuelle préfecture de Ruhengeri. C’était un royaume puissant, mais il fut détruit par Ruganzu II Ndoli sous le pseudonyme de Cyambarantama.

Les Bagara

Les citoyens du Royaume du Bugara s’appelaient « Abagara ». Leur premier roi connu était Muramira, père de Nzira « Nyirubugara, Nyirubugabe », son successeur.

C’est l’armée Abakomgoro de Muramira qui a tué le monarque tutsi nyiginya Ndahiro Cyamatare à Rubi rw’i Nyundo (ancienne préfecture de Gisenyi). C’est une des raisons qui ont conduit son fils Ruganzu II Ndoli à tuer Nzira, pour venger son père. Pour y parvenir, il a dû devenir simple serviteur du roi Nzira pour pouvoir être tout le temps à côté de lui. Une nuit, alors que Nzira dormait, Cyambarantama vint, l’observa et le tua en disant :

Nkwice Ruganzu Rugambirirabahunde rwa Muhumuza
Nyir’ingabo irwana itunguruzwa .

C’était la fin du Royaume du Bugara. Les Bagara se répandirent alors partout dans la région. ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n' est pas disponible

Ubwami mu Rwanda

Charles Nkurunziza

Charles Nkurunziza Photo © Olivier Nyirubugara, 2005

Iyo bavuze ubwami mu mateka y’u Rwanda baba bashaka kuvuga uko u Rwanda rwabayeho kuva rwabaho kugeza magingo aya. U Rwanda ni igikorwa cy’abahutu (Bantous); rwatangiye ruyoborwa n’abami b’abahutu, maze abatutsi bakoresha intambara, baza kurwigarulira, bararutegeka kugeza muli Révolution yo muli 1959, yazanye Republika na Démocratie. Kuva muli 1994,abatutsi barongeye bararwigarulira nyuma y’intambara n’amarorerwa yayogoje igihugu cyose. Ni uko u Rwanda ruhindura isura.

II. Abahutu bayobora u Rwanda

Nkuko bizwi rero mu mateka, u Rwanda ni igikorwa cy’abahutu bari abahinzi-borozi ; nibo bakonze ishyamba, maze igihugu kiraturwa kandi kigenda cyaguka, kiba kinini, ni byo bitaga mu kinyarwanda cya kera KWANDA, ari naho rero izina RWANDA ryaturutse. Ni uko icyo gihugu bakigabanyamo uduhugu twinshi bakulikije amoko yabo (clans). Maze ukumva ngo : ABAZIGABA, ABAGESERA, ABAGARA, ABUNGURA, n’andi menshi baba mu karere aka n’aka. Ayo moko yose hamwe yali ageze kuli 15.

Ikindi gikomeye, ni uko abahutu alibo badukanye ubwami mu Rwanda, maze abami b’abahutu bakabana kivandimwe, nta ngoma yabo yaba yarashatse kwigarurira izindi izwi. Dore amazina y’abami bamwe batazibagirana : ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n' est pas disponible

De l'assassinat des évêques rwandais et d'autres ecclésiastiques à Gakurazo, le dimanche 5 juin 1994

Cathédrale de Byumba

Mgr Joseph Ruzindana a été à la tête du Diocèse de Byumba de 1981 jusqu'à son assassinat en Juin 1994 © Diocèse Catholique de Byumba

Je m'en vais raconter les événements qui ont trait à l'assassinat des évêques Vincent NSENGIYUMVA, archevêque de Kigali, Joseph RUZINDANA, évêque de Byumba et Thaddée NSENGIYUMVA, évêque de Kabgayi et président de la conférence épiscopale, avec 9 prêtres ainsi que le Supérieur Général des Frères Joséphites, Jean Baptiste NSINGA. Les prêtres assassinés sont tous du diocèse de Kabgayi sauf l'Abbé Denis MUTABAZI du diocèse de Nyundo: il avait fui Nyundo où il avait reçu une vilaine blessure d'un coup de lance dans la main (droite si je me rappelle bien) et le malheureux avait cru avoir échappé à la mort. Il s'agit de Monseigneur Jean Marie Vianney RWABILINDA, vicaire général; Monseigneur Innocent GASABWOYA, ancien vicaire général; les Abbés Emmanuel UWIMANA, recteur du petit séminaire, Sylvestre NDABERETSE, économe général, Bernard NTAMUGABUMWE, représentant préfectoral de l'enseignement catholique, François Xavier MULIGO, curé de la cathédrale, avec ses vicaires Alfred KAYIBANDA et Fidèle GAHONZIRE(ce dernier étant en même temps aumônier de l'hôpital). C'est donc pratiquement tout le staff du diocèse de Kabgayi qui a été ainsi décapité.

J'en fais le récit parce que témoin, parce que de fausses ou incomplètes relations circulent, parce qu'on ne demande pas aux témoins ce qui s'est réellement passé (même l'épiscopat rwandais, jusqu'à ce jour, ne m'en a jamais demandé le récit) et parce que, même les études les plus récentes, donnent toujours, des faits, la version du Front Patriotique Rwandais (F.P.R.). Et pourtant beaucoup de témoins sont encore en vie qui pourraient en faire chacun sa relation: le recoupement de ces différents témoignages donnerait un récit le plus complet et le plus fiable possible. On pourrait même retrouver les noms des responsables militaires du site de Kabgayi, qui sont vraisemblablement les responsables de cet assassinat prémédité, faut-il le souligner. ...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n' est pas disponible