Homepage Lu & Commenté Pour Vous -- Read & Commented For You
Archives du Rwanda -- Rwanda Archives
Inyandiko zibutsa amateka
Histoire du Rwanda -- History of Rwanda
Amateka y'u Rwanda
Société -- Society
U Rwanda n'Abanyarwanda
Littérature orale -- Oral Literature
Ubuvanganzo nyemvugo
Lu Pour vous -- Read for you
Ibyo mwasomewe
About Us Videos Media Studies Dossiers//Special Pages Recherche//research

Menu Principal

Main Menu

Lu & Commenté Pour Vous -- Read & Commented For You
Ibyo twabasomeye

ALSO READ ABOUT RECENT PUBLICATIONS
ON RWANDA

LISEZ EGALEMENT AU SUJET DES PUBLICATIONS
LES PLUS RECENTES SUR LE RWANDA

Souhaiteriez-vous voir votre analyse ou commentaire sur un livre/film publier sur cette page ou envoyer un commentaire?
Cliquez ici pour contacter le Webmaster.
Would you like to have your book/film analysis published on this page or send a comment?
Click here to contact the Webmaster

Memory Crisis: What Rwandans Remember and Forget

Crise de mémoire: Souvenirs et oublis au Rwanda

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, Editor www.olny.nl
©O. Nyirubugara,October 2006

Since the early 1990s, Rwanda imposed itself on the scholarly and media arenas and certainly tops the list of African countries with the most prolific literature. However, none of these books and articles published so far has deeply addressed the collective memory issue and the part it played in the different tragedies in Rwanda. This lack of interest in the memories of Rwanda could be attributed to the fact that memory studies are still at their infancy stage even in the West, where scholars still have to agree on their methodologies and on the boundaries between their discipline and historiography, to name a few. In this essay, I will argue that Rwanda’s ethnic memories have been the most important cause behind all inter-ethnic confrontations throughout Rwanda’s history. I want to closely consider the uses of the interpretations of the past in Rwanda, focusing on how they give validity to class, social and political structure [1]. Like Plumb (2004: 17) argues, it is my conviction that the most important problems facing Rwanda are not new since they have similarities and analogies in the past. I will first discuss parallel remembering, a phenomenon that is common in modern Rwanda. Then I will address the crucial issue of dual interpretations of the past, that is, witnessing the same event and yet interpreting it differently depending on one’s ethnic memory. Thirdly, I will briefly explore the ethnic memories, their reminders, and their role in fuelling ethnic crises. Finally, I will look at names and the ethnic memories they naturally vehicle.

...
HTML VERSION

PDF version Version française

Rwanda: The Genocide Ideology Then and Now
Rwanda: L’idéologie du génocide hier et aujourd’hui

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, Rédacteur www.olny.nl
©O. Nyirubugara,October 2006

About fourteen years after the Rwandan genocide, the wounds caused not only by it but also the related wars that preceded and followed it are still fresh and are showing no sign of healing soon. In early December 2007, a parliamentary commission issued an alarming report about the genocide ideology in Rwanda’s schools. The commission’s chairperson said the genocide ideology had increased in schools to an extent that there is ground to fear another genocide in the coming years [1] . She said the investigations had shown that children were being intoxicated by their parents and teachers, who told them that when the Hutu were attacked in 1990 they exercised their legitimate defence right, which was called a genocide. The commission stated that immediate drastic measures needed to be taken to prevent another genocide. On 19 December of the same year, the minister of education Jeanne d’Arc Mujawamariya was summoned by the parliament on that issue and was blamed for having taken no measures to prevent such developments. [2] The above might appear alarming indeed, but my concern in this essay is to carefully consider what is meant by ‘genocide ideology’ rendered in Kinyarwanda as ingengabitekerezo and especially who is spreading it and how. Though no documentary evidence has yet been provided to back the planning of the 1994 genocide, it is commonly believed both by scholars and the general public, that a certain ideology – the Hutu-power ideology – was thoroughly thought out and conveyed by media, culminating in the killing of about a million Tutsi.

While no one could deny the loss of innocent lives in the summer 1994, it is worth looking back at that genocide ideology especially now that the genocide ideologists are in prison (or are hiding out, or simply are afraid of speaking and writing) and no hatred media are spreading the genocide poison in Rwanda. Where are the teachers and parents fetching the genocide ideology from? Why is it called ideology? By the way, where is the boundary between ideology and memory? As I write this article, two other major genocide-related events are in the air, namely the publishing of Paix et châtiment’ by Florence Hartman (2007) [3] and the revision of the life imprisonment sentence to 25 years for the genocide media bosses by the Appeals Chamber of the UN Criminal Tribunal for Rwanda (ICTR). I want thus to explore the above posed questions in light of Ungor’s Justifier l’injustifiable. I will first discuss Ungor’s perception of the genocide background and aftermath before considering his understanding and presentation of the Hutu-Power ideology, another name given to the genocide ideology in Rwanda. I will close with a reflection about the relationship between collective memory and ideology in post genocide Rwanda.

...
HTML VERSION

PDF version Version française

Dossier Spécial Habyarimana
Habyarimana Special Page

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor
©O. Nyirubugara,October 2006

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous introduisons chaque dossier spécial que nous compilons pour vous. Comme pour les dossiers précédents qui ont été consacrés aux évènements historiques bien précis, celui-ci se consacre à la période autour de l’assassinat du Président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994. Cette date du 6 avril 1994 est devenue et restera pour longtemps un repère chronologique pour toute la région et l’humanité entière.

Etant dans l’impossibilité matérielle de couvrir plusieurs thèmes à la fois, nous avons voulu nous consacrer à un seul, à savoir « La mort du président Habyarimana ». Ceci implique les jours, les semaines, les mois qui ont précédé cette mort, les évènements annonciateurs de cette mort, le climat qui régnait au Rwanda à cette époque, ainsi que les conséquences directes de cette mort. Les circonstances ayant fait qu’au moment où nous réfléchissions encore à ce projet, le juge Jean-Louis Bruguière a délivré les mandats d’arrêt contre les présumés auteurs de l’attentat contre Habyarimana, nous avons décidé d’inclure ce chapitre pour avoir un tableau complet.

En plus de la méthodologie classique consistant à vous présenter les archives et articles rédigés depuis longtemps, nous avons analysé – sous forme d’articles/réflexion – quelques uns des ouvrages traitant des derniers moments de Habyarimana. C’est donc un dossier contenant des articles/réflexion, les articles de journal et des archives les uns contredisant les autres selon les opinions des auteurs, que vous allez découvrir.
Nous saisissons cette occasion pour lancer encore une fois un appel à tous ceux et toutes celles qui auraient à leur disposition des documents relatifs à ce sujet, de nous les faire parvenir à cette adresse olny@olny.nl afin que nous puissions enrichir et compléter cette page. Il va de soi que des réactions, sous forme d'article non-idéologique mais plutôt scientifique, sont également les bienvenus sur cette page.


Dans l'espoir que ce dossier répondra à vos attentes, nous vous souhaitons donc une très bonne lecture.


...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

LES IMPLICATIONS DU GÉNÉRAL ROMÉO DALLAIRE DANS LE DRAME RWANDAIS

 Le général Roméo Dallaire commandant de la MINUAR

Le général Roméo Dallaire et les casques bleus de la MINUAR sous son commandement.
© Radio Canada

Le Général Roméo Dallaire a failli à sa mission de paix devant favoriser la mise en oeuvre de l'Accord de paix signé entre le Gouvernement rwandais et le FPR : Il est le principal responsable du drame rwandais.

Les responsabilités du Général Dallaire dans l’hécatombe du peuple rwandais découlent de ses actes et de ses omissions.

Au lieu de s'attacher à sa mission de commandant de la force internationale neutre telle que définie et consigné dans les accords d'Arusha1, le Général Dallaire a pris fait et cause pour le FPR en vue de le porter au pouvoir, tout en foulant aux pieds son devoir de neutralité. Il aurait pu décourager ou contraindre Paul Kagame et ses hommes à fléchir et à s'engager dans la logique de paix. A défaut de le faire fléchir dans ses visées belliqueuses, il aurait dû sonner l'alarme à l'intention de ceux qui l’avaient envoyé assumer une mission de paix en vue de la matérialisation des accords d'Arusha. C'est l'inverse qui s'est produit. Fort de sa complicité, le FPR est resté insensible à tous les appels et a rejeté toute solution de compromis qui aurait permis pourtant de stopper le « cataclysme » qu'il avait intentionnellement enclenché.

La guerre fut l’option de certains pays membres de l’ONU. Le Commandant de la Mission au Rwanda, le Général Roméo Dallaire, ne l’a jamais caché ni dans ses écrits ni dans ses déclarations.4 L’accusation formulée à son endroit par son supérieur hiérarchique Monsieur Jacques Roger Booh-Booh, Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU, est accablante: « Dallaire n’a pas joué son rôle», a-t-il déclaré à la journaliste Collette Braeckman.

...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

Citations, Analyse et commentaires de RWANDA: Histoire secrète du Lieutenant Abdul Joshua Ruzibiza

Rwanda: Histoire secrète

Rwanda: Histoire secrète a été publié le 27 octobre 2005

Beaucoup a été écrit sur la décennie 90 soit par des experts qui tentent de comprendre et d'expliquer le cauchemar rwandais, soit par des témoins-spectateurs ou des témoins-victimes qui veulent contribuer à cette compréhension du conflit rwandais. Le livre du Lieutenant Abdul Joshua Ruzibiza - RWANDA: Histoire secrète- inaugure une nouvelle ère, celle des livres écrits par les témoins-acteurs dans la tragédie rwandaise. Jusque-là, la seule catégorie des témoins à n'avoir encore rien écrit pour éclaircir le peuple rwandais et l'humanité dans son ensemble est celle des témoins-auteurs: ceux qui ont pris les décisions les plus importantes et les plus lourdes de conséquences. Nous nous gardons volontairement de spéculer sur certaines de ces décisions, ni même orienter le lecteur dans l'un ou l'autre sens, tout simplement parce que nous ne voulons que nous baser sur ce livre, en fournissant le plus de citations possible et en les commentant là où nous le jugeons utile.

Tout au long de RWANDA: Histoire secrète, l'auteur ne cesse de répéter qu'il a lui-même vu ou entendu telle ou telle chose dont il parle. Cet élément est très important car il crée la différence entre son témoignage et d'autres écrits post-génocide sur le Rwanda. Contrairement aux livres et articles d'experts qui ne font que citer, commenter ce qui a été déjà écrit ou dit avant de n'émettre que des hypothèses, RWANDA: Histoire secrète utilise très rarement le conditionnel et très souvent l'affirmatif pour relater ce dont l'auteur est sûr à cent pourcent, preuve, noms, date,lieu et sources à l'appui. C'est un défi que Ruzibiza lance à ceux qu'il accuse - en mentionnant leurs noms et leurs crimes - mais aucun des incriminés n'a jusque-là osé se défendre, rejeter les accusations, où même porter plainte pour atteinte à l'honneur ou diffamation. Cela pourrait être interprété comme étant une défaite, un aveu explicit des incriminations.

En gardant toutes les proportions, nous avons toutes les raisons de comparer Ruzibiza à 'Abbé Alexis Kagamé, sans qui plusieurs aspects secrets de l'histoire du Rwanda pré-colonial, colonial et post-colonial seraient restés inconnus au grand public. Très proche confident du roi Mutara III Rudahigwa [ [n.d.l.r. Lire 'Mort du mwami Mutara III Rudahigwa et avènement du mwami Kigeri V Ndahindurwa, Note 25', où Filip Reyntjens cite l' abbé Kagame qui dit que le mwami Mutara lui avait demandé de surveiller et de former le futur roi Ndahindurwa quand celui-ci était fonctionnaire en territoire d'Astrida.] , Kagame avait accès à l'Ubwiru (code ésotérique de la royauté) et s'en servit abondamment pour son oeuvre prolifique. De même, le Lieutenant Ruzibiza... ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n'est disponible

CRITICISM AND COMMENTS ON PHILIPPE GOUREVITCH'S
" We Wish to Inform You That Tomorrow we Will be Killed with our Families

Philip Gourevitch

Philip Gourevitch. Photo: Jacqueline Gourevitch. Photo © Philip Gourevitch 2004.

Philip Gourevitch's " We Wish to Inform You That.... " is a result of a long work carried out in Rwanda and in the Great Lakes' Region. The author's apparent major concern is how what is known as " Genocide " took place in Rwanda and its consequences. He plunged into the history of Rwanda starting from the pre-colonial period to the end of the first Zairian (DRC) war in 1997. He interviewed people from both ethnic groups-Hutus and Tutsis- from both the upper and lower classes, the Hutu exiles and the dignitaries of the new regime,...

The above seems to give his work a certain objectivity, but it is to be noted that a greater part is reserved for Tutsis at the expense of Hutus. Therefore, a number of points are worth pointing out, for they may lead non or ill-informed readers to wrong conclusions and deductions.

It is within that framework that the author's lack of impartiality and objectivity, illogical information, contradictions, deliberate omission of deep analysis and " inhumanity " towards Hutus will be pointed out.

The aim of this criticism is not to defend either camp-Hutu or Tutsi-but an attempt to present some differed opinions that may not demonize gratuitously any of the sections under the spotlight.

After a careful exploration of Gourevitch's " We Wish to Inform you That... ", one may easily identify three pillars on which it is based :

1. What the Author Saw : the author visited massacre sites such as Nyarubuye, Mugonero, Kibeho,... as well as refugee camps in former Zaire, and he describes them.

2. What the Author Heard or Read : this is the spinal column of the whole book. Stories or testimonies of survivors, genocide perpetrators, the new authorities and humanitarian workers are presented. It is on this part that many criticisms and comments will be focused, either because the author refuses to analyse deeply what he was told, or because he has strong prejudices about Hutus. As far as the history of Rwanda is concerned, the author gives the letter-to-letter version of the new regime.

3. Personal Analysis : a non or ill-informed reader may call it " personal ", but actually, for some one who knows the propaganda of the Tutsi-dominated regime, it is a Tutsi leaders' analysis. The author is like a spokesman of the government. The following pages will provide many statements from the interviewees that need clarifying and explaining, but which the author found convincing...


TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n'est disponible

Commentaires d'Edouard Karemera sur « Rwanda, le droit à l'espoir », livre écrit par le Général de Brigade Leonidas Rusatira

Rwanda, le droit à l'espoir

« Rwanda, le droit à l'espoir » par le Général de Brigade Leonidas Rusatira

Bien cher Compatriote,

Je vous remercie infiniment pour l'invitation au dialogue que vous avez adressée généreusement à toutes les filles et à tous les fils du Rwanda notre mère patrie, dans votre récent ouvrage publié aux Editions L'Harmattan.(1) Ma joie est d'autant plus grande que vous êtes parmi les rares auteurs qui reconnaissent encore aux pestiférés enfermés dans les prisons rwandaises en général, ceux de la prison onusienne d'Arusha en particulier, le droit à la parole. Vous écrivez en effet :

« Tous les survivants, où qu'ils soient, même en prison, injustement ou de raison, ou exilés ou interdits de liberté d'__expression, restent les membres de notre grande famille. Ils sont, de ce fait, appelés à prendre part à ce mouvement d'ensemble pour une renaissance nationale » (2)

Je voudrais également vous dire que j'adhère parfaitement à votre courageuse interpellation des rwandais de notre génération telle que formulée en ces termes :

« Le génocide a exterminé les Tutsi. Des massacres d'allure génocidaire ont décimé les Hutu. Les chiffres doivent être plus effrayants encore. Les connaître et reconnaître fait peur. Il faut pourtant s'y résoudre pour aider les rwandais à se donner la paix pour reconstruire ensemble leur pays. Nous devons épargner de ce débat les générations futures. Ayons assez de courage et de patriotisme pour le trancher nous-mêmes, évitant ainsi de piéger ceux qui nous suivront» (3)

Par ailleurs, j 'accepte sans réserve la formule préconisée pour aborder ce dialogue.

Vous l'avez très judicieusement tirée des Ecritures Saintes, où le prophète nous propose :« Approchons pour plaider ensemble. » (4) Mais avant d'entamer ma plaidoirie, car c'est là l'objet de la présente, je vous prie d'accepter qu'ensemble, à la suite de saint François d'Assise, nous demandions humblement à Dieu de faire de notre dialogue un instrument de paix, pour que :

« Là où il y a le désespoir, nous mettions un peu d'espoir ;
Là où il y a l'erreur et le mensonge, nous mettions la vérité ;
Là où il y a les ténèbres, nous apportions un peu de lumière .
Que dans notre dialogue, nous ne cherchions pas tant
à être compris qu'à comprendre ; à être pardonnés qu'à pardonner. »
(5)

Mon souhait le plus intime est que notre débat serve à éclairer le lecteur sur ce qui s'est réellement passé dans notre pays. Pour ce faire, il nous incombe de témoigner correctement de ce que nous avons vu ou vécu au lieu de nous contenter de distribuer, arbitrairement, les certificats d'innocence ou de culpabilité ou encore moins, de donner des leçons de morale à tout le monde ; ce qui est certainement utile mais pas prioritaire.

Ce que je crois, car, figurez-vous, moi aussi j'ai des convictions qui ne me quittent plus, « la haine n'a pas d'avenir. Là où la haine a dépassé les bornes, et c'est bien le cas chez-nous au Rwanda, l'amour ira beaucoup plus loin. »(6)Mais en même temps, il m'importe de vous dire en toute franchise, sans rancune ni parti pris mais sans complaisance non plus, que « le droit à l'espoir » que vous appelez de tous vos vœux pour les rescapés de la tragédie rwandaise et les générations futures ne peut ni ne va naître des contes, des anecdotes ou des demi vérités sur les épisodes cruciales de l'Histoire récente de notre pays. Ce sont là les deux profondes convictions que je tenais à vous faire partager avant d'entamer ce dialogue que je souhaite exempt de tout préjugé et, surtout, de toute animosité.(7)

...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version

OBSERVATIONS DE JOSEPH NDAHIMANA SUR LE LIVRE DU GÉNÉRAL DE BRIGADE LÉONIDAS RUSATIRA « R WANDA, LE DROIT A L 'ESPOIR »

Rwanda, le droit à l'espoir

« Rwanda, le droit à l'espoir » par le Général de Brigade Leonidas Rusatira

En lisant l'annonce de la sortie du livre intitulé « Rwanda, le Droit à l'espoir », tout Rwandais ou toute autre personne qui a connu les tragédies récentes survenues dans ce pays, a sans doute été tentée de se le procurer et de le lire. Elle est immédiatement portée à le parcourir pour voir ce que son auteur propose comme solution capable de redonner l'espoir qui a déserté les cœurs des Rwandais, voilà plus de quinze ans. C'est cette curiosité qui nous a incités à lire attentivement ce récent livre du Général de Brigade Léonidas Rusatira, paru aux Editions L'Harmattan, à Paris, au cours de l' année 2005. Après la lecture, nous n'avons pas voulu demeurer indifférents face aux impressions que nous avons ressenties parce que le Rwanda reste notre mère patrie et que tout ce qui nous rapproche de lui, nous touche profondément.

Tout au début du livre, l'auteur dit qu'il n'a pas l'intention de parler du mal de lui-même et qu'il laisse cette tâche aux autres. Nous savons que la perfection n'est pas de ce monde. Nous admettons que chaque personne a ses qualités et ses défauts. Il est aussi normal que Rusatira ait connu des succès mais aussi, comme tout homme faillible, des échecs et des défaillances au cours de sa vie. Il n'aurait pas dû avoir honte de parler de tout cela pour autant qu'il avait décidé de parler de lui-même à moins d'accepter qu'il a sciemment travesti la vérité pour sauver sa face. Nous voulons d'emblée préciser que nous n'entendons pas répondre à l'appel qu'il a fait à l'endroit de ceux qui l'on connu pour étaler son côté faible.

Cependant nous devons dire que nous avons constaté que son amour propre démesuré constitue un obstacle important qui l'empêche de rétablir correctement et objectivement les faits surtout ceux dans lesquels il a eu à jouer un rôle. C'est pour cela que nous avons décidé d'apporter des éclaircissements sur quelques-uns des nombreux sujets qui frisent des demi vérités quand ils ne sont pas manifestement des contrevérités.

Pour commencer, nous partageons l'approche intellectuelle de l'auteur qui dit que les historiens sont des fleuves dont nous sommes les sources et qu'ils nous enseignent ce que nous leur avons appris.

Notre modeste contribution à ce gigantesque chantier de la restitution des événements nous demande de rompre certaines barrières des à-peu-près, des hypothèses et des spéculations.

Qui plus est, nous devons garder à l'esprit que nos propos sont reçus par des milliers de personnes dont l'immense majorité risque de les prendre pour argent comptant surtout quand tous les lecteurs ne disposent pas des outils nécessaires qui leur permettent de faire une analyse objective.

Dès lors, nous nous sentons dans le devoir de leur fournir des éléments de nature à leur permettre de placer correctement les faits dans leur vrai contexte et de connaître ainsi la vérité. Pour ce faire, il est indispensable de résister à ses états d'âme qui peuvent induire en erreur ceux qui croient puiser à de bonnes sources. Même si la nature humaine a tendance à se dérober à cette éthique, l'honnêteté intellectuelle nous y soumet.

...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n'est pas disponible

ANALYSIS AND COMMENTS ON THE FILM “HOTEL RWANDA”

scene from the film Hotel Rwanda

A scene from the film Hotel Rwanda, starring Dan Cheadle. Photograph copyright United Artists 2004: Frank Connors

The film Hotel Rwanda, which was awarded 3 Oscars, has been praised by many observers as one of the most interesting and heartbreaking non-fiction films ever made about modern Africa. This of course confirms the principle that “When it bleeds it leads”.

The film covers one of the most atrocious, cruel events of the 20th century, the 1994 genocide in Rwanda. This claimed over 800,000 lives among the Tutsi and those termed moderate Hutu. The Hutu are the majority ethnic group with 85 percent of the population and have been in power since independence in 1962 until 1994. Prior to their rule, Tutsi monarchs ruled over Rwanda for 5 centuries.

Far from discussing the controversial history of Rwanda, which has now more than two versions all written and defended by recognised scholars, this short analysis will point out some of the elements that observers- especially ill- or non- informed ones- rarely or never detect. These were perhaps intentionally wrongly presented to push the audience to believe what the film makers want them to believe.

Having been in Rwanda during the genocide and having attempted to run to the Mille Colline Hotel for safety, my analysis will be the one based on experience, on what I saw or heard from first hand source.

...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

La version PDF n'est pas disponible

Menu Principal

Main Menu