Homepage Société--Society

Rwanda dancers
Archives du Rwanda -- Rwanda Archives
Inyandiko zibutsa amateka
Histoire du Rwanda -- History of Rwanda
Amateka y'u Rwanda
Société -- Society
U Rwanda n'Abanyarwanda
Lu Pour vous -- Read for you
Ibyo mwasomewe
Afrique -- Africa
Afurika
Littérature Videos Media Studies Dossiers//Special Pages Recherche//research
Login About Us Contact Us AfricaNews VoicesofAfrica

Menu Principal

Main Menu

Société--Society
U Rwanda n'Abanyarwanda

Souhaiteriez-vous publier un article sur la société rwandaise, moderne ou traditionnelle?
Cliquez ici pour contacter le Webmaster.
Would you like to have your article on Rwanda Society, modern or traditional, published on this page?
Click here to contact the Webmaster

Rusesabagina: ‘Rwanda back to ethnic servitude system’

Rusesabagina: Rwanda back to ethnic servitude system from olny.nl on Vimeo

The Hotel Rwanda hero, Paul Rusesabagina is worried about the direction Rwanda is taking, especially with an unfairly managed reconciliation process through popular tribunals known as Gacaca. Rusesabagina denounces that system, where judges are illiterate and have no understanding of laws. He is more upset about the so-called public interest labour that replaces jail sentences for repentant genocidaires, which reminds of, and resembles the banished feudal system known as Ubuhake.

This report was made on 25 April 2009 in The Hague, where Rusesabagina held a lecture in front of 500 people at the Hague University. He was one of the two keynote speakers at the yearly Africa Day event organised by the Evert Vermeer Foundation. Rusesabagina once described himself as ‘an ordinary man’, but he has since 2004 become a world celebrity due to the film Hotel Rwanda that featured his risky and courageous rescue operation during the 1994 genocide. Read more

Also view: The 26 April 2008 Hague special conference on peace

Rwanda 2010: Another Kenya? Another Zimbabwe?


Rwanda 2010: Another Kenya? Another Zimbabwe? from olny.nl on Vimeo.

The 2010 polls in Rwanda promise to be different from the 2003 ones. No candidate is officially known but there is little doubt about president Paul Kagame running for another term, as the Constitution allows him to do so. There is also little doubt about opposition leader Victoire Ingabire’s ambitions. For her, things are yet to go through bureaucratic and administrative procedures that might pose serious problems. She has first to back to the country she left 15 years ago, and where those she fights politically are the masters of the land.

Ingabire seems to have started her European campaign. She is going from one conference to another. From one lecture to another. International media are dedicating long reports on her, which is rather making her popular at least among the Rwandan diaspora and the Westerners. But these will not take part in the election! She will have to conquer the Rwandan populations inside Rwanda, a country she describes as a land of anguish and repression.

This video report is about the lecture she held on 15 April 2009 at the University of Leiden in the Netherlands. She was invited by the United Nations Students Association to discuss Rwanda’s history and politics, as well as her presidential ambitions. Read more

Rwandans can talk. They need a platform


Rwandans can talk. They need a platform from olny.nl on Vimeo.

Experts have been cogitating about the virus that infected Rwanda and is obviously resisting any cure. Others rather think that they have identified the microbe and are fighting it using the Gacaca system among others. Yet others think that the virus has no cure but rather remedies that can render it inoffensive. I have already given my view on that virus in an article with the title ‘Memory Crisis: What Rwandans Remember and Forget’. My analysis remains the same, namely that Rwanda and Rwandans are making themselves victims of their past. The successive leaders of Rwanda have failed to go beyond their ethnic memories, which they turn into history. They also turn it into the absolute truth, taught in school, preached in media (film, radio, tv and papers), and backed by judges, whether trained on non trained.
However, one thing needs to be noted in addition to my above-mentioned analysis: the conflicting memories – the true deadly virus – can be spoken about and confronted. The debate that took place in The Hague on 6 April 2009 in the framework of Amnesty International’s Movies that Matter Festival, gave me a golden occasion to test my theory. I managed to interview both some Tutsi who survived the 1994 genocide and lost their loved ones in it and the Hutu survivors of the RPF massacres who also lost theirs in the same year. I asked them three questions: Is the Gacaca system contributing to the reconciliation process? Is justice rendered for the RPF Hutu victims? How will Rwanda be like in 2020?... Read more

Interview with FDU-UDF chairwoman Victoire Ingabire Umuhoza 18 - 01- 2009


Interview with FDU-UDF chairwoman Victoire Ingabire Umuhoza 18 - 01- 2009 from olny.nl on Vimeo.
Africa resists financial hurricane from olny.nl on Vimeo.

The next presidential elections in Rwanda are about two years away but the opposition in exile is already getting ready for them. The Unified Democratic Forces (UDF) have already announced their participation and are even optimistic. Mrs Victoire Ingabire Umuhoza heads that organisation and has been presented by Dutch and Belgian media as UDF candidate. That is not the case, at least for the time being, says Ingabire in an interview that I am pleased to present in several parts covering Ingabire’s biography, democracy and governance in Rwanda, genocide and ethnicity, UDF’s relations with other organisations, and their diplomatic relations, including Ingabire’s meeting with Barack Obama. Go to theme-based excerpts

TRADUCTION FRANCAISE:
Alors qu’il reste encore à peu près deux ans avant les élections présidentielles, on s’y prépare déjà, surtout du côté l’opposition en exile. Les Forces Démocratiques Unifiées, FDU, viennent d’annoncer qu’elles allaient y participer et sont même optimistes. Madame Victoire Ingabire Umuhoza est à la tête de cette organisation et a été récemment présentée par les média surtout belges et néerlandais comme étant candidate des FDU, ce qui n’est pas tout à fait vrai, du moins pour le moment, comme Madame Ingabire me l’a dit dans l’interview que j’ai le plaisir de vous présenter en plusieurs parties, touchant notamment à la biographie de Madame Ingabire, à la démocratie et à la gouvernance au Rwanda, au génocide et à la question ethnique, aux relations entre les FDU et les autres forces politiques, ainsi qu’à leurs relations diplomatiques, y compris la rencontre de Madame Ingabire avec Barack Obama. Extraits thématiques

 

My name is a monument:The archival and memory keeping function of the name

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, Editor www.olny.nl
©O. Nyirubugara,October 2006

During one of my visits to my local municipality of Haarlemmermeer (not far from Amsterdam) in March 2005, prior to the birth of my daughter, I discovered one folder that particularly drew my attention. The folder was a summary of, and comments about the Dutch Naamwet, the 1998 law governing the naming of new-born children. I understood that children must have either the last name of the father or of the mother. I already knew this, but I thought the law left some flexibility to those from other cultures to keep on with their traditions. I even asked the present civil servant whether there were other options, but she answered by merely quoting from the same folder I was holding. This may be a small detail for most people, but for someone coming from tradition-bound Rwanda like me, it was a point where the past and the future broke off. I was getting ready to put a sudden and unwanted end to an age-long tradition, according to which the father names children according to their gender and circumstances surrounding their birth. These circumstances could be glorious (won battle), painful (death, defeat, famine), socially-descriptive (employer-servant relationships), and so on. Whatever the case may be, the name is formulated in such a way that the gender of the bearer will be self-evident. The reality now is that my daughter bears a male name, simply because she was born far from home. In this paper, I want to explore this natural and cultural record-keeping mechanism in the light of existing memory theories. I will discuss first the name as a memory-archiving tool, then as a bridge connecting the past to the future, and finally as a crucial part of one’s identity.
...

HTML VERSION UNAVAILABLE

PDF version
Amnesia and Nostalgia: The End of Home Memory

Olivier Nyirubugara, www.olny.nl Editor

Olivier Nyirubugara, Editor www.olny.nl
©O. Nyirubugara,October 2006


During one of my visits to the local municipality of Haarlemmermeer (not far from Amsterdam) in March 2005, prior to the birth of my daughter, I discovered one folder that particularly drew my attention. The folder was a summary of the Dutch Naamwet (Name Law), the 1998 law governing the naming of new-born children. I understood that children must have either the last name of the father or of the mother. I already knew this, but I thought the law left some flexibility to those from other cultures to keep on with their traditions. I even asked the present civil servant whether there were other options, but she answered me by merely quoting from the same folder I was holding. This may be a small detail for most people, but for someone coming from tradition-bound Rwanda like me, it was a shock. It was a point where the past and the future broke off. I was getting ready to put a sudden and unwanted end to an age-long tradition, in which the father names children according to their gender and circumstances surrounding their birth. These circumstances could be glorious (won battle), painful (death, defeat, famine), socially-descriptive (employer-servant relationships), and so on. Whatever the case may be, the name is formulated in such a way that the gender of the bearer will be self-evident. The reality now is that my daughter bears a male name, simply because she was born far from home. ...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version
Les devoirs de l’armée vis-à-vis du pays

Portrait présumé<br> de Rwabugiri.

Portrait présumé de Rwabugili, roi guerrier sous lequel 15 expéditions officielles eurent lieu.
Source: http://www.
benjaminsehene.com/
histoire.htm


Pour enrôler les jeunes dans ses compagnies ainsi que pour mobiliser ses guerriers en cas d’expéditions, le chef d’armée doit toujours s’adresser aux différents chefs des parentèles et ne jamais se mettre en rapport direct avec leurs subordonnés;… Si un membre de la parentèle refuse obéissance à son patriarche en cette matière, ce dernier pourra le déposséder des bovidés dits du Roi et par le fait même le chasser de l’armée…Les vaches ainsi saisies de deviendront pas la propriété du chef de parentèle ; celui-ci les devra donner à un jeune homme de sa famille qu’il présentera au chef d’armée pour remplacer le foyer dont aurait frustrée la milice. Cette prescription a été faite pour freiner la rapacité éventuelle des chefs patriarcaux qui n’auraient pas manqué de susciter la mésentente entre eux et leurs parents pour s’enrichir de leurs dépouilles. Si le guerrier congédié de l’armée était détenteur de vaches obtenues en Contrat de Servage Pastoral (et donc indépendantes du chef patriarcal), il devenait par le fait même membre de l’armée à laquelle appartenait son suzerain vacher. S’il n’est pas lié à un suzerain vacher, il était incorporé dans l’armée dont était membre celui qui lui donnait la première vache, dite du feu. ...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version
Reconnaissance du pays pour le mérite

La vache, la récompense principale du guerrier.

La vache, la récompense principale du guerrier.

Dès que la dernière armée a eu sa réception nocturne, le lendemain commence le dénombrement du butin. Des fonctionnaires de la Cour suspendent, dès le matin, la hache appelée Rwamukire sur l’un des pisés de l’entrée principale de la capitale, pour symboliser la peine de mort réservée à quiconque osera cacher ne fût-ce qu’une vache du butin. Le Roi dispose toujours de l’arc de l’expédition ; c’est-à-dire de la totalité du butin saisi par les bâtonnistes. Quant au butin privé (…), il ne doit pas paraître devant le Roi. Le Roi peut, à sa guise, ou bien adjuger tout l’arc de l’expédition à l’armée la plus pauvre en vaches, ou bien se le réserver lui-même pour apanager ses résidences chef-lieux de districts civils (…), ou bien l’abandonner à toutes les armées, chargeant leurs chefs de faire le partage équitable entre ceux qui les auront accompagnés. Dans l’un et l’autre cas, le Roi aura eu soin de prélever un certain pourcentage sur le butin saisi, en vue des récompenses militaires. Il donnera des dizaines de vaches au général de l’expédition, au titre de prix de bravoure. Il donnera également une vache au même titre, à chaque chef d’armée revenant de l’expédition ; ensuite, autant à chaque bâtonniste et à chaque guerrier s’étant distingué sur le champ de bataille et spécialement à tous ceux qui auront tué au moins un ennemi. [3] Enfin chaque chef lui présentera un guerrier ayant fait preuve d’un courage exceptionnel et considéré comme le héros de l’armée durant l’expédition ; à celui-là le Roi donnera une vache à titre de prix de prouesse exceptionnelle Inka y’ubumanzi. ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

PDF version
Relations familiales en rapport avec le mariage - AMASANO.

Deux Pygmées (à gauche) conversant avec un Muhutu (de race Bantu) (Photo P. SCHUMACHER in in A. Kagame, Les organisations socio-familiales de l’ancien Rwanda)

1. Ce chapitre prépare, de façon éloignée, une meilleure compréhension du foyer (famille dans la culture européenne). On est obligé de s'avouer qu'il est bien difficile de trouver une marche logique, aisée, lorsque l'on veut situer exactement le foyer dans son contexte rwandais, et peut-être même centre-africain en général. Le mariage ne peut se comprendre que dans un réseau d'institutions et de conceptions sociales spécifiquement africaines [...] 2.Un autre aspect de la question défie toute marche rigoureusement logique. Mon intention première était de suivre le rwandais, pas à pas, depuis sa naissance jusqu'à sa mort. Il est cependant difficile de parler du nouveau-né, en faisant abstraction du foyer et du milieu culturel au sein duquel il voit le jour et où il est éduqué.[...] Il sera dès lors plus naturel de suivre notre Rwandais depuis son berceau jusqu'à sa mort. Entrons immédiatement dans le sujet. 3.Quelles sont, au point de vue clans et familles, les conditions préalables aux fiançalles? Tout d'abord, les premières démarches viennent de la famille du jeune homme. Remarquons toujours que le terme famille est Umulyango. Toute alliance tend à renforcer ce groupe, et c'est pour cela que choix de la fiancée intéresse la parenté entière. Les premiers contacts avec le père de la fille ne seront jamais effectués par le jeune homme. C'est son père qui ira amorcer les pourparlers, et parfois ça sera plutôt le chef de la famille. Il s'agit d'amorcer les pourparlers car le père de la fille, chef du foyer, ne pourra non plus, décider du sort de son enfant, indépendamment de la famille. 4. a) Le choix de la jeune fille est conditionné par le symbole héraldique (totem) des deux parties. L'endogamie est interdite pour tous les clans, sauf pour celui des Basindi. b) Ainsi donc, si le jeune homme et la jeune fille appartiennent au clan dynastique, celui des Basindi ayant pour totem la grue couronnée ( umusambi), le mariage est permis. c) Cette licence d'endogamie pour le clan dynastique, peut en principe s'étendre jusqu'à l'échelon famille ( umulyango). Etant donné cependant les habitudes contraires de l'ambiance, les Basindi pratiquent l'exogamie familiale, quoique les exceptions ne manquent pas. ...

TEXTE COMPLET VERSION HTML

La PDF version n' est disponible
Les quinze clans

Deux Pygmées (à gauche) conversant avec un Muhutu (de race Bantu) (Photo P. SCHUMACHER in in A. Kagame, Les organisations socio-familiales de l’ancien Rwanda)

1. Les populations du Rwanda se répartissent en groupements sociaux appelés respectivement Ubwoko (clans), imilyango (familles) et Amazu (parentèles). Les familles et les parentèles seront étudiées dans le chapitre suivant; nous allons décrire d'abord le clan. a) Le Bwoko, degré supérieur en cette classification, se reconnaît au totem. Ce dernier est appelé, en langage technique traditionnel, Inyamaswa (animal sauvage). C'est ou bien un animal, ou bien un oiseau, servant de symbole héraldique, dont se réclament les groupes intéressés, dans les rapports ayant surtout trait au mariage. 2. Disons tout de suite qu'il n'y a, au Rwanda, aucune conception autre que sociale entre le clan et son totem. Ce dernier ne correspond donc à aucune doctrine d'ordre magique qui lui reconnaîtrait une influence quelconque sur la vie et les destinées des hommes se réclamant de lui. Les membres du clan, en conséquence, ne sont tenus à aucune forme de culte rendu au totem. Il a pu être autrement dans le passé, mais le totem est actuellememnt un symbole purement héraldique, une espèce de drapeau, sous lequel se rangent les membres du clan. 3.On ne peut relever une trace quelconque de croyance ou de rite réglant les relations du clan au totem. Aucune défense strictement telle n'interdit aux membres du clan de tuer un animal totem. La bergeronnette (totem des Bagesera), ainsi que le corbeau ( considéré en certaines régions comme totem du clan des Babanda), bénéficient seuls d'une interdiction protectrice. Celui qui les tue, membre ou non du clan correspondant, doit accomplir un certain rite de purification. On remarquera que cette interdiction n'est pas clanique, puisqu'elle ne vise pas les seuls membres du clan....

TEXTE COMPLET VERSION HTML

La PDF version n' est disponible
Les trois races [Bahutu, Batutsi, Batwa]

Deux Pygmées (à gauche) conversant avec un Muhutu (de race Bantu) (Photo P. SCHUMACHER in in A. Kagame, Les organisations socio-familiales de l’ancien Rwanda)


1. Les Batwa sont de deux catégories : les pygmées et les céramistes. Les Pygmées sont appelés Impunyu (Myrmidons). Ils vivent à l’écart des autres populations et se livrent à la chasse. Ils se divisent en trois groupes : a) Les Myrmidons dits Ibijabura (les Pataugeurs) qui vivent dans les ilôts du Rugezi, vaste marée située au nord du Rwanda. Ils chassent surtout le situtunga (inzobe) et autres animaux à fourrure tels que les loutres (inzibyi et igihura), abondant dans ces parages. b)Les Myrmidons sylvicoles, dont les groupements sont éparpillés dans la forêt de bambous (le rugano) accrochée au front des volcans qui bordent le nord-ouest du Rwanda. Leur aire est à cheval sur la frontière actuelle de notre pays. Ils chassent surtout l’éléphant et le buffle répandus en cette zone. c)Les Myrmidons dits Ishabi, vivant dans la forêt du Mishahi au sud-ouest du pays, entre les territoires administratifs actuels de Cyangugu et d’Astrida. Ils chassent également l’éléphant, le buffle et le colobe à longs poils blancs. Ce groupe n’a pas encore été étudié ainsi d’ailleurs que les Pataugeurs du Rugezi. 2. Les Myrmidons ou Pygmées, à quelques groupes qu’ils appartiennent, sont reconnaissables à leur petite taille, dont la moyenne est de 1,59 m. Ils n’acceptent pas de s’installer en pays découvert. Ils sortent de la forêt pour vendre les peaux, fruit de leur chasse, aux cultivateurs. Ils en offrent également aux chefs qui, en retour, les gratifient de quelques têtes de petit ou de gros bétail, suivant les convenances de la coutume. 3. Les Céramistes forment une catégorie à part. On les appelle Batwa tout court, le terme de Myrmidons (Impunyu) étant réservé aux Pygmées, à cause de leur petite taille. Celle des Céramistes au contraire, ne diffère en rien de la moyenne générale des Bahutu (race bantu). Ils sont céramistes et vivent du fruit de leur industrie de poterie. 4. Certains d’entre eux se reconnaissent facilement au nez fortement aplati et à leurs grosses lèvres. D’autres présentent un type plus évolué aux traits moins rudes, se rapprochant beaucoup de métis Bantu-chaminitisés. ...
TEXTE COMPLET VERSION HTML

Version PDF

 

Menu Principal

Main Menu